L’Association GenevaWorld vous informe de l’ouverture de l’exposition en plein air 191 regards d’enfants sur le monde au Quai Wilson à Genève. Du 20 juillet au 10 septembre 2006, le public y verra un choix de 105 reproductions en grand format des dessins d’enfants du monde entier qui avaient été exposés entre décembre 2005 et février 2006 au Palais des Nations Unies à Genève.

Inauguration aux Nations Unies
C’est aux Nations Unies, pour leur 60e anniversaire, en 2005, que ces enfants des 191 Etats membres de l’ONU ont adressé cet appel à la paix, à la sécurité et à la reconnaissance, tout en revendiquant le respect de leur intégrité physique et morale. En offrant cette exposition aux Nations Unies, GenevaWorld a voulu présenter le message planétaire de centaines d’enfants, tantôt fleuri de douceur et de paix, tantôt accusateur et pessimiste qui, dans des témoignages captés sur le terrain, décrit leur cadre de vie, dénonce la violence, la haine, refuse la pollution, et réclame davantage d’égalité, de sécurité et de reconnaissance réciproque.

Dessine le monde comme tu le vois de chez toi
191 regards d’enfants sur le monde n’est pas le résultat d’un concours mondial visant l’excellence où chacun des 191 Etats membres des Nations Unies, au terme d’une sélection officielle, est représenté par le «meilleur» dessin de l’un de ses enfants. «Dessine le monde comme tu le vois de chez toi» a été la consigne. Chaque enfant a consacré du temps – parfois énormément, à en juger par la qualité d’un grand nombre de dessins – à s’exprimer avec ses possibilités. Il y a mis son cœur et son imagination. Il a dessiné «son» univers par rapport à sa propre histoire et sa vie quotidienne. Souvent il a une vision ouverte du monde, parfois son horizon se limite à son village.

Des messages dans les dessins
Le dénuement d’un dessin en provenance d’un pays connu pour ses richesses en créations artistiques peut étonner. Il a été conçu par un enfant recueilli dans un orphelinat, ou par un autre livré à lui-même dans la rue, ou encore par un handicapé, voire par un jeune délinquant en prison. Un dessin peut surprendre par la richesse de ses couleurs et la force de son message alors qu’il vient d’un pays connu pour son extrême pauvreté, un pays en proie à de sanglants conflits internes et dans lequel une grande majorité de ses habitants sont malades du sida ou souffrent de la malaria. Ce dessin a été réalisé par le fils d’expatriés, révolté par tout ce qu’il observe autour de lui.

Une expo itinérante
Par souci d’authenticité, il a toujours été demandé aux enfants de s’exprimer avec les moyens qui sont les leurs, aussi modestes soient-ils. Ces messages de détresse ou d’espoir, exprimés aussi bien par de simples gribouillis d’enfants de 6-8 ans que par des dessins plus élaborés d’adolescents de 14-16 ans, doivent être entendus, et méritent des réponses concrètes : cette exposition sur le Quai Wilson est le lancement d’une exposition itinérante qui fera découvrir le regard de 191 enfants sur le monde aux habitants de Paris, Londres, etc. afin de diffuser la voix des enfants, développer de nouvelles idées dans le but de favoriser les échanges entre les enfants de tous pays et venir en aide aux enfants les plus démunis grâce à la création d’un fonds de secours et la mise en œuvre d’actions ciblées.

Un futur livre
Ce témoignage bouleversant de 191 enfants qui rient, qui pleurent et supplient, sera également l’objet d’un livre de 240 pages (30 x 30 cm) conçu et réalisé par Roger Pfund, en cours de réalisation. Parution prévue pour septembre 2006.

img402.jpg

Des dessins à consulter sans modération