Nombre d’animaux prennent peur et paniquent lorsque les fusées et les pétards du 1er août sont allumés. La Protection Suisse des Animaux PSA incite la population à faire preuve de modération avec les feux d’artifice et à renoncer, par amour pour les animaux, à allumer feux et pétards avant et après la date de la fête nationale.

L’irréflexion et le manque de considération font que chaque année, au 1er août, des animaux craignant pour leur vie courent ou s’enfuient complètement paniqués et se tapissent en tremblant dans la première cachette venue. Pour beaucoup d’entre eux, les feux d’artifice sont synonymes de peur panique et de stress. Les animaux de compagnie surtout réagissent aux pétards. Tandis que les chats, les lapins et les cobayes/cochons d’Inde ne font que se terrer dans un coin, de nombreux chiens commencent à haleter et trembler, sont pris de diarrhée, glapissent ou aboient sans cesse, par peur simplement. Dans les cas extrêmes, leur cœur peut s’arrêter de battre. Qui s’en étonnera: les chiens entendent deux fois mieux que l’homme et les chats même cinq fois mieux.

La PSA recommande aux détenteurs de trouver un endroit tranquille où leurs protégés pourront se retirer. Diffuser un programme radiophonique en fond sonore permet d’atténuer la cacophonie ambiante. Il ne faudrait sous aucun prétexte laisser des animaux de compagnie en plein air pendant cette période. Bon nombre de détenteurs de chiens tentent de consoler leur animal. Cette réaction humaine est néanmoins perçue de manière erronée par le chien. Il ressent cette consolation comme une récompense et une confirmation de son comportement. La réaction adaptée consiste à ignorer la peur de l’animal. Pour les animaux manifestant une peur extrême, la PSA recommande de consulter préalablement le vétérinaire, lequel peut dans des cas particuliers prescrire un tranquillisant. Si toutes ces mesures ne servent à rien, il ne reste plus qu’à fuir dans un pays voisin, à l’écart des feux d’artifice.

img13471.jpg

Quand fête nationale rime avec panique animale.