Sur l’initiative d’Annie Barbier et d’André Poncin, les descendants de Pauline Merle ""et de Jean-Claude Pallet viennent de se retrouver pour leurs premières “cousinades”.
En effet, comme dans bon nombre de familles, les retrouvailles entre cousins se font souvent à l’occasion de cérémonies funèbres.
C’est à l’issue de funérailles que deux cousins germains ont décidé d’organiser des “cousinades” pour partager d’heureux moments et d’apprendre à mieux se connaître afin de permettre de resserrer les liens familiaux.
Et pour ce premier rendez-vous, les descendants “Pallet” étaient 75 à répondre à l’invitation pour un grand “pique-nique” amélioré.
L’heure des retrouvailles s’est prolongée autour d’un apéritif où l’on pouvait entendre parler diverses langues étrangères. Cer-tains venaient de loin comme, entre autres, l’Irlande. Malgré la barrière des langues, ce nouveau membre de la famille s’est parfaitement intégré à cette belle famille qui trouve ses racines sur les communes de Frontonas et de Chamagnieu.
En effet, au point de départ de ce bel arbre généalogique, on trouve Pauline Merle, de Frontonas, et Jean-Claude Pallet, de Chamagnieu. Celui-ci était maréchal-ferrant à Frontonas puisque c’est sur cette commune, au hameau de Gonas, que le couple s’est installé. De cette union sont nées cinq filles : Yvonne, Hélène, Marie, Clémence et Jeanne. Toutes sont aujourd’hui décédées. Toutes ont convolé en justes noces et ces unions ont donné 18 cousins germains qui, à leur tour, ont donné 34 enfants et 22 petits-enfants.
A l’heure d""u grand rassemblement, la doyenne du jour se nommait Monique Vernier née Rabilloud, 66 ans, tandis que le cadet de l’assemblée, Léandre, avait 10 mois.
Après un mot d’accueil prononcé à deux voix par Annie Barbier et André Poncin, l’assemblée avait une pensée pour les disparus avant de reprendre le fil d’une journée qui se voulait être pleine de joie et de bonheur pour continuer d’écrire une belle histoire de famille.
Texte et photos : Carole Muet


2014-09-06