L’Université de Genève (UNIGE) ouvre son semestre de printemps avec une conférence de Jørgen Randers organisée en collaboration avec l’Organisation internationale de normalisation (ISO), partenaire de l’Université dans le cadre du Master in Standardization, Social Regulation and Sustainable Development.

Un transfert de 1 à 2% de la main-d’œuvre et du capital global vers l’économie propre suffirait à réduire nos émissions de CO2 à des taux admissibles pour la durabilité de la planète. Et pourtant cette réallocation a peu de chances de se produire dans les prochaines décennies, en raison du fonctionnement à court terme inhérent aux sociétés démocratiques et capitalistes. C’est l’un des constats émis par Jørgen Randers dans son dernier ouvrage « 2052, A Global Forecast ».

Professeur de stratégie climatique à la BI Norwegian Business School, Jørgen Randers s’est fait connaitre en 1972, lorsqu’il a participé un rapport historique sur le caractère limité des ressources planétaires, le Rapport Meadows, commandité en 1970 par le Club de Rome au Massachusetts Institute of Technology (MIT) publié sous un titre éloquent: « Les limites à la croissance ». Alors que la prospérité née de l’après-guerre était à son apogée, le rapport attirait l’attention sur la surcharge imposée aux capacités physiques de la planète ainsi que sur les crises environnementales et sociétales qui ne manqueraient pas d’en découler.

Quarante ans plus tard, le paradigme de la croissance fait toujours figure d’évangile des politiques économiques. Jørgen Randers remet donc l’ouvrage sur le feu, en formulant cette fois-ci un certain nombre de prévisions sur l’état de la planète dans 40 ans. Dressant un sombre tableau, il repère néanmoins quelques raisons d’espérer dans la capacité à privilégier les solutions locales et dans la force de proposition de millions d’individus agissant en réseau.

Conférence en anglais avec interprétation simultanée en français.

18.02.2014 18:30 – 20:30, Uni Dufour, Auditoire Jean Piaget (U600)

img20399.jpg

2052, L’odyssée du durable: une prévision pour les prochaines quarante années