Je ne peux me résoudre à haïr qui que ce soit, Pierre. Je ne vais pas te mentir et prétendre que je ne suis pas, parfois, frustré, dérangé, en colère. Il y a des moments où je voudrais que tout se termine, n’importe comment, mais se termine. Parfois, je perds l’envie d’écrire ou de trouver des réponses à certaines questions. Je ressens une grande lassitude. Et juste quand je pense que je suis vraiment au bout du rouleau, Dieu m’envoie la force de rester debout, de continuer à aimer, de rester fort. Il sait ce dont j’ai besoin, et quand j’en ai besoin.

Il n’y a pas grand-chose à raconter en ce moment, sauf qu’il fait extrêmement chaud. Nous subissons de nouveau un lockdown10. Quelqu’un d’une autre prison s’est échappé. Il a sauté par-dessus le mur, à midi, au nez des gardiens, et maintenant tout le monde est enfermé. Aucune récréation n’est autorisée, nous sommes simplement assis dans ces cellules 24 heures sur 24. La frustration et le désespoir montent. Beaucoup de gars parlent de renoncer à faire recours et pour être honnête, je ne peux vraiment pas les blâmer. Il n’y a pas de vie ici. On s’en va à petit feu, il n’y a plus rien à contribuer à la société.

Alors pourquoi combattre quelque chose – la mort – qui vous amènera la paix et la libération ? Ce ne sont pas mes conclusions, et je prie pour qu’elles ne le soient jamais. Mais je suis las, Pierre. C’est une profonde lassitude que je ne pensais jamais ressentir. Je regarde à travers les barreaux et je vois tout un monde là dehors, un monde empli des œuvres et des merveilles de Dieu, un monde qui me rappelle que la vie que nous vivons ici n’est PAS LA VIE.

Je ne veux pas que tu penses que j’ai perdu ma foi ou que j’ai envie d’abandonner. Au contraire, je veux me battre de tout mon cœur. Je te dis simplement ce que je vois, ce que j’entends, et ce que je ressens parfois. Mais sache que je vais bien. Comme je l’ai dit plus tôt, je suis simplement un peu las.

Prie pour moi, que Dieu continue à me fortifier et à me donner le courage de rester debout et de me battre quand tout le monde a abandonné le champ de bataille. Je sais que ceci n’est pas une très bonne lettre, mais je ne te tromperai jamais. J’écrirai et je te dirai toujours la vérité. Parfois, je trébuche – mais je ne tomberai jamais, parce que les bras de Dieu me font tenir debout. Je suis humain, comme tout le monde, et certaines agressions percent mes défenses mentales. Je dois simplement les surmonter.