Les trois partis de l’Entente (libéral, démocrate-chrétien et radical) viennent de déposer une liste de six candidats à la Cour des comptes (trois titulaires et trois suppléants).

3 valeurs
Cette liste privilégie les trois valeurs que l’Entente associe à la Cour des comptes : indépendance de l’institution, compétence des magistrats qui la composent et rigueur des contrôles à mettre en oeuvre pour améliorer
l’efficacité de l’Etat. Les présidents des trois partis de l’Entente ont participé aux discussions qui ont réuni les présidents des partis gouvernementaux, dans le but de mettre en oeuvre une liste commune à ces derniers. Il s’agissait de privilégier les compétences techniques des candidats, en mettant de côté leur étiquette politique. Les partis
de l’Entente estiment en effet que la Cour des comptes doit non seulement être indépendante des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, mais également qu’elle doit se tenir à l’écart des querelles partisanes.

Les domaines de compétence
Les candidats devaient se caractériser par leur indépendance, par leur compétence technique et par leur rigueur. Leurs compétences devaient de surcroît s’étendre aux trois domaines visés par la loi sur la Cour des comptes, à savoir le domaine juridique, le domaine de la gestion d’entreprise et le domaine du contrôle de l’activité étatique.

Les candidtats
M. Stéphane Geiger (présenté par le parti démocrate-chrétien) est juge à la Cour de justice depuis 1992, après être entré dans la magistrature en 1974 et en avoir parcouru le cursus. M. Félix Laemmel (présenté par le parti libéral) a fait carrière dans l’industrie privée, notamment en assumant la direction générale d’une société active dans les hautes technologies. Depuis 1995, il est agent général d’assurances. M. Gorgio Bordogna (présenté par le parti radical), après une carrière dans le domaine de l’audit, a assumé depuis
1989 la direction de l’Inspection cantonale des finances, qu’il quittera à la fin du mois d’août 2006.

Mme Myriam Nicolazzi (présentée par le parti libéral) est avocate, après une carrière internationale qui l’a notamment conduite à exercer la fonction d’associée auprès du cabinet d’audit Arthur Andersen. M. Denis Mathey (présenté par le parti radical) est avocat et juge assesseur à la Commission de surveillance des offices des poursuites et faillites, après avoir fait carrière dans la magistrature. Quant à M. Ivan Cohen (hors parti), il est avocat spécialisé dans les domaines comptable et financier.

img513.jpg

Bientôt l’élection des membres de la Cour des comptes…