80 M€ pour réduire la facture énergétique des lycées

par | 26 Sep 2022

Si rien n’était fait, la facture énergétique des lycées d’Auvergne-Rhône-Alpes bondirait de 45 à 140 M€ entre 2021 et 2023, à cause de la hausse sans précédent des tarifs énergétiques.

La Région, gestionnaire des bâtiments, met 80 M€ sur la table (60 M€ pour les lycées publics, 20 M€ pour les établissements privés) pour faire baisser de 30 % la facture énergétique, c’est-à-dire économiser 50 M€, et « faire de cette contrainte une opportunité », assure son président Laurent Wauquiez.

Le plan se décline à court et moyen terme. Avant la fin de l’année seront mises en place des mesures d’économie : température à 19° dans les classes (10 % d’économies, soit 8 M€ d’économies dès 2023), plus de nettoyage à l’eau chaude, comme en Allemagne (10 %), déploiement d’un million d’ampoules Led (10 à 15 %), généralisation des garanties de performance énergétique dans les contrats, lancement d’une expérimentation avec Schneider sur le déploiement de logiciels de mesure et d’optimisation de la consommation énergétique.

A plus long terme le plan de sobriété énergétique prévoit des rénovations lourdes sur les 27 lycées considérés comme des passoires thermiques (où il faut dépenser plus de 150 kWh au mètre carré), la mise en place d’ombrières photovoltaïques sur l’ensemble des parkings, la généralisation des panneaux solaires sur les toitures, le raccordement systématique des lycées aux réseaux de chaleur proches.
La Région se vante d’être déjà plutôt bonne élève en matière de consommation énergétique, avec une dépense moyenne à 107 kWh/h contre 135 au niveau national. 150 000 m2 de toitures sont déjà photovoltaïques et certains nouveaux établissements (Charles Mérieux à Lyon, Gergovie à Clermont-Ferrand) produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

La région peut agir sur un parc de 260 lycées publics. Ici le lycée Monge, à Chambéry. (DR)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ski : les ESF prennent le virage du “toute-saison”

À la veille de l’hiver, le Syndicat national des moniteurs du ski français fait le point et affiche ses ambitions pour 2023. Avec ses 17 000 “pulls rouges” (et 300 nouveaux diplômés par an) répartis dans 220 écoles, 2,5 millions de clients, 4 000 jeunes en...

LIRE LA SUITE

Ski alpin : un Critérium sans les dames

À Val d’Isère, la 67e Coupe du monde de ski alpin ne durera qu’un week-end, les 10 et 11 décembre, en l’absence des épreuves féminines, au grand dam de l’organisation. Le Critérium de la première neige de Val d’Isère ouvre traditionnellement le bal des épreuves de...

LIRE LA SUITE

Publicité