Déjà fragiles, les acteurs des filières du bœuf, du poulet, du sucre… redoutent d’être inondés par des produits venus d’Argentine ou du Brésil. Les garanties de Bruxelles peinent à les convaincre. Les acteurs du lait et du vin sont mieux lotis,

Crédit des images : www.lefigaro.fr

Lire l'article originel >>