La demande en bois croît dans le monde entier. Or, cette matière première est souvent produite dans des conditions douteuses. Le bois tropical n’est pas le seul à être concerné par ce problème: le bois de Scandinavie ou de Russie, des pays également confrontés aux pillages et à l’abattage illégal, n’est pas épargné non plus. Il est donc indispensable d’acheter du bois issu d’une exploitation durable, garantie par un label comme le FSC.

Le WWF Suisse a réalisé une étude sur la façon dont les cantons s’approvisionnaient en bois. Savez-vous si celui que vous achetez est issu d’une exploitation légale et durable? Connaissez-vous sa provenance? Le résultat de l’étude est décevant. «Nous devons en déduire que de nombreux cantons consomment du bois produit illégalement ou issu de pillages», explique Thomas Wirth, responsable forêts au WWF. Il est urgent d’agir, car la plupart des cantons ne prennent pas assez en compte les critères écologiques. Seuls les cantons de Vaud, du Jura, de Berne, de Soleure, de Bâle et d’Appenzell Rhodes-Extérieures obtiennent de bonnes notes dans cette étude. En respectant des directives de qualité, ils achètent plus de 80% de bois provenant de forêts gérées durablement.

Afin de trouver une solution à ce problème, le WWF Suisse exige l’application de nouveaux critères pour les appels d’offres publics. «Il faut mettre en place des critères de sélection contraignants sur le modèle du label FSC afin d’exclure le bois issu du pillage des forêts», déclare Thomas Wirth. Cette mesure profitera également à l’industrie forestière suisse. En effet, contrairement à nos pays voisins, près de 70% du bois produit en Suisse est déjà certifié FSC.

img13861.jpg

Près de 70% du bois produit en Suisse est déjà certifié FSC.