Les deux principaux aéroports d’Auvergne-Rhône-Alpes et de la Suisse romande affichent une croissance constante, portée principalement par le trafic international.


150 km seulement les séparent… L’un est situé en France, l’autre en Suisse romande, et tous deux sont “leaders“ sur leur territoire. Mais si leur complémentarité est évidente, ils sont aussi concurrents. En témoignent les chiffres de la dernière étude publiée le 6 octobre par l’Observatoire statistique frontalier.


Les chiffres


TRAFIC. Le premier, Genève Aéroport, n°1 en Suisse romande (et le 2e aéroport en Suisse après Zürich), enregistre le plus gros trafic avec 15,7 millions de passagers en 2015 ; le deuxième, Lyon Saint-Exupéry, est le premier aéroport d’Auvergne-Rhône-Alpes (et le 4e en France) avec 8,7 millions de passagers. Selon l’Observatoire statistique frontalier, leur croissance est significative. Même si l’aéroport de Genève arrive largement en tête, enregistrant chaque année un nouveau record. Entre 2002 et 2015, son trafic a plus que doublé, soit une progression annuelle de près de 6 %, quand celui de Lyon-Saint-Exupéry augmente en moyenne de 3 % par an.

 

INTERNATIONAL. La raison principale de cette croissance ? le trafic international. Là encore, les chiffres montrent des disparités. À Lyon, il représente les deux tiers (65 %) du trafic de passagers mais la quasi totalité (90 %) à Genève, réputée pour être une ville très internationale (cf. les nombreuses organisations mondiales implantées à Genève et alentours). Dans le même registre, les échanges internationaux de Lyon-Saint Exupéry se font à 75 % avec d’autre pays d’Europe, alors que ce chiffre atteint 90 % à Genève Aéroport.

 

LOW-COST. Alors que chacune de ces plateformes compte sur son tarmac 50 à 60 compagnies aériennes, celles à bas-coût enregistrent des résultats différents d’un aéroport à l’autre. La dizaine présente à Lyon pèse 28 % du trafic, au lieu de 21 % en 2011 (cette part est plus faible que celle observée dans l’ensemble des aéroports de province, où elle avoisine 41 %). À Genève, elles transportent plus de 40 % des passagers (exemple fort, easyJet totalise 43 % des passagers transportés), contre 30 % dix ans plus tôt.

 

MOUVEMENTS. Le nombre de mouvements d’avions (atterrissages et décollages) sur les deux plateformes est en augmentation, en lien direct avec le nombre de passagers, influant sur la taille des avions ou le taux de remplissage. En 2015, l’aéroport de Lyon affiche en moyenne 82 passagers par vol, soit 20 de plus qu’en 2008, tandis que celui de Genève indique un emport de 107 passagers, au lieu de 65 en 2002.

Toutefois le volume de fret aérien est plus important à Lyon , où il s’établit à 48 800 tonnes (+3,7 %) en 2015, contre 40 500 tonnes à Genève (-2 %).

Pour accéder à cette étude : http://www.statregio-francosuisse.net 

aeroport-lyon-saint-exupery