Implanté sur Archamps Technopole au sein du BioPark Porte Sud de Genève, le laboratoire AGIM (CNRS/Université Joseph Fourier de Grenoble) réalise avec l’Université de Genève, la société suisse VigiSense et d’autres partenaires européens une application scientifique sur smart‐phone destinée à réduire la dépendance des séniors atteints de légers troubles cognitifs.

Baptisé MyGuardian, financé dans la cadre du programme européen Ambient Assisted Living, ce développement scientifique regroupe quatre pays et sept partenaires académiques et industriels et prestataires de services à la personne, français, suisses, espagnols et néerlandais, dont AGIM, l’Université de Genève, la société genevoise VigiSens. MyGuardian a pour vocation de sécuriser les déplacements de personnes âgées en situation de légère perte cognitive (par exemple, la phase initiale d’Alzheimer) en équipant le patient d’un dispositif relié à un système informatique déporté. L’équipement repose sur la technologie de la téléphonie mobile complété de services d’assistance. Doté d’un module intelligent, le dispositif permettra d’entrer en contact avec le patient et d’agir en fonction de l’évaluation directe de son état en temps réel. Le sénior est localisé, son état physiologique est diagnostiqué pour évaluer les éventuels troubles et effectuer, le cas échéant, une intervention appropriée, personnalisée et coordonnée.

MyGuardian s’adresse aux séniors atteints de maladie cognitive légère, pour leur apporter un confort de vie, pour garantir leur mobilité et leur autonomie dans la vie quotidienne. « Le vieillissement en bonne santé et l’allongement de la durée de vie nécessitent de plus en plus l’assistance d’aidants familiaux (famille, amis, aides‐soignants), car plus on vieillit plus on est dépendant. MyGuardian a pour vocation de permettre aux séniors de conserver leur autonomie et leur mobilité, tout en sécurisant leurs activités » précise Jean‐ Claude Fernandez, chercheur du laboratoire AGIM, responsable scientifique du projet. « Le soutien aux personnes âgées dépendantes est de la compétence des Conseils Généraux en France. Aussi, après que le Conseil général de Haute‐Savoie ait décroché le prix Malakoff Médéric pour l’expérience Gerontic menée en Haute‐Savoie avec AGIM dans le cadre de l’étude ESTIMA (Evaluation Socio‐sanitaire de Technologies de l’Information pour la géo localisation de malades de type Alzheimer), il était logique de poursuivre nos recherches afin de finaliser notre démarche scientifique et permettre aux séniors dépendants de bénéficier des dernières technologies en matière d’aide à la personne » conclut J‐C Fernandez.

Une cohorte de 30 à 50 personnes atteintes de légers troubles cognitifs sera constituée en France, comme en Espagne et en Hollande. Même s’il est délicat de déterminer les besoins spécifiques de chaque personne, les études menées permettront de développer des logiciels faisant appel aux sens de la personne en difficulté en émettant sons, images et vibrations pour améliorer sa mobilité en toute sécurité et pour l’aider à retrouver ses repères vitaux.

img18564.jpg

J‐C FERNANDEZ, chercheur au CNRS, et Philippe BULET, directeur du laboratoire AGIM, devant le visuel BioPark