Plus de mille enfants peuvent marcher grâce à un traitement d’orthopédie technique et nombreux sont ceux qui, avec leurs familles, disposent de moyens d’existence grâce aux microcrédits.
Depuis 1998, Green Cross Suisse soutient au Vietnam des enfants et adolescents devenus des victimes indirectes de la guerre et devant vivre avec un handicap à cause de l’herbicide Agent Orange pulvérisé lors de la Guerre du Vietnam. Selon certaines estimations, 3 500 enfants par an sont nés avec un handicap physique dû à l’utilisation du défoliant Agent Orange pendant la Guerre du Vietnam. Agent Orange contient de la dioxine, substance connue par les spécialistes comme étant l’une des plus toxiques jamais produites. Elle s’accumule dans la chaîne alimentaire, peut provoquer des dommages au patrimoine héréditaire humain et donc entraîner des malformations. Au cours de ces neuf dernières années, Green Cross Suisse a pu traiter plus de mille enfants et adolescents handicapés physiques avec des outils orthopédiques pour leur permettre de remarcher et leur donner une chance de suivre une formation.

Les enfants sont sélectionnés selon le principe de la pauvreté, de la région et du handicap à imputer à la contamination par l’Agent Orange ou aux conséquences de celui-ci. «Si nous pouvons soigner un enfant, nous assumons également la responsabilité du suivi médical», souligne Christina Bigler, directrice du programme international de médecine sociale. Plus concrètement, ceci signifie que les soins annuels doivent être assurés pendant toute la durée de croissance d’un enfant. «Il en résulte une obligation orientée vers l’avenir pouvant se transformer en véritable défi lorsqu’il s’agit d’assurer de nouveaux traitements d’un enfant avec l’argent actuel des dons», explique Bigler. Car une interruption du traitement et du suivi médical d’un enfant handicapé en pleine croissance n’est jamais justifiée. Mesure préparatoire au traitement technique ultérieur, des opérations et, par la suite, une kinésithérapie sont souvent nécessaires pour prolonger le résultat. Ensuite, des prothèses ou orthèses sont utilisées; ces dispositifs d’aide à la marche doivent être adaptés ou renouvelés au moins une fois par an. Les parents des enfants concernés doivent apprendre à effectuer des exercices simples de gymnastique médicale pour réduire autant que possible les frais d’une visite qui, le cas échéant, serait nécessaire au centre de réhabilitation.

Au Vietnam, les personnes handicapées ont la vie dure. Sans traitement d’orthopédie technique, elles ne peuvent s’intégrer dans la vie quotidienne normale et n’ont pas la moindre chance de suivre une formation ou de trouver un travail. Ceci signifie que dans la plupart des cas, elles n’ont aucun moyen de devenir partie indépendante et active de la société vietnamienne. Grâce au projet d’intégration lancé en 2001, Green Cross Suisse lutte contre le problème de l’exclusion sociale des handicapés et de leurs familles, qui appartiennent de plus à une minorité ethnique. Les adolescents présentant un handicap physique reçoivent un crédit sous la forme d’une vache pleine. Le crédit peut être remboursé par la vente des veaux et du lait et la famille peut ainsi s‘assurer à long terme une modeste source de revenus. Des petites fermes d’élevage de vaches se sont déjà établies et l’estime sociale des adolescents avec un handicap physique et de leurs familles a considérablement augmenté. En raison des résultats positifs du projet, les adolescents peuvent, en guise de crédit, également demander un buffle pour leur faciliter la culture du riz ou des cochons pour la vente de viande. Jusque fin 2007, 53 familles ont déjà pu être incorporées dans ce projet d’intégration.

Au Vietnam, la profession de technicien orthopédique n’était pas connue. Pour mieux implanter ce métier, le centre de formation Vietcot a été fondé en 1997 à Hanoi sous la direction et la collaboration d’experts de la technique orthopédique de l’association allemande pour la collaboration technique (Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit – GTZ). Le projet a été repris depuis 2006 par ULSA/Vietcot, University of Labour and Social affairs. Le centre de formation Vietcot fait aujourd’hui officiellement partie du système d’éducation du pays. Depuis 1998, Green Cross, en proposant des bourses, contribue autant que possible à la formation de personnes qualifiées en orthopédie. Dans l’esprit d’un meilleur traitement du grand nombre d’enfants et d’adolescents à mobilité réduite dans les différentes régions du Vietnam, d’autres bourses sont prises en charge. Les soins nécessaires des personnes concernées sont ainsi assurés à long terme.

Avec les programmes internationaux de médecine sociale et de désarmement, Green Cross Suisse lutte contre les dommages indirects des catastrophes industrielles et militaires et les décharges désaffectées datant de la Guerre froide. L’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par les contaminations chimiques, radioactives et autres ainsi que le soutien d’un développement durable dans l’esprit de la coopération au lieu de la confrontation passent au premier plan. L’organisation environnementale certifiée par Zewo est internationalement reconnue en tant que commerce professionnel. Green Cross International, ayant son siège à Genève, a été fondé en 1993 par l’ancien président de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev. L’organisation est à la tête d’un réseau mondial de 30 filiales qui s’engagent pour des sujets importants tels que la paix, la sécurité, la lutte contre le dénuement et la protection de l’environnement.

img7545.jpg

Thuy, onze ans, et son orthoprothèse. Thuy est suivie depuis six ans.