Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire reçoit vendredi son homologue néerlandais Wopke Hoekstra pour exiger des « éclaircissements » sur la prise de participation surprise de l’Etat néerlandais dans Air France-KLM, dans un climat de crispation aigu entre les deux pays. Mercredi soir, La Haye a annoncé avoir achevé son opération de rachat de parts d’Air-France KLM et en détenir 14%, soit presque autant que la France (14,3%), dans le but de contrer l’influence de Paris dans le groupe franco-néerlandais de transport aérien. Cela faisait plusieurs années que les Pays-Bas réfléchissaient à entrer au capital d’Air France-KLM en raison d’importants doutes sur la stratégie du groupe, a expliqué M.

Lire l'article originel >>