La police effectue plus de contrôles de la circulation routière et teste le taux d’alcool d’un plus grand nombre de conducteurs. Plus d’un tiers des conducteurs interpellés par la police ont dû se soumettre à un contrôle d’alcoolémie. Un alcootest sur dix révèle un taux supérieur à 0,5‰. Les taux d’infraction sont pratiquement les mêmes en 2007 que ceux observés en 2005. Tels sont les principaux résultats du relevé des contrôles du taux d’alcool effectué par l’Office fédéral de la statistique (OFS) auprès des autorités de police durant le mois de juin 2007. Suite à l’introduction de la limite du 0,5‰ et des contrôles sans soupçon d’ébriété, le nombre d’alcootests avait presque triplé en 2005 par rapport aux années précédentes. Depuis, les autorités de police ont encore intensifié la densité des contrôles. En juin 2007, le nombre de tests effectués était de 16% supérieur à celui de juin 2005. Les plus fortes augmentations sont observées pour les tests effectués suite à une conduite atypique (+32%), suite à un accident (+20%) et suite à un contrôle général de la circulation (+17%). Le seul type de contrôle pour lequel une baisse a été constatée est celui des alcootests effectués suite à un contrôle de vitesse avec poste d’interception (-49%). Les tests d’alcoolémie réalisés suite à ce type de contrôle ne représentent toutefois que 2% de tous les alcootests effectués.

Hausse du risque de devoir souffler dans un éthylomètre lors d’un contrôle de police
L’augmentation du nombre d’alcootests effectués est due autant à la hausse du nombre de conducteurs interpellés (+8%) qu’à l’accroissement du pourcentage de personnes testées parmi celles interpellées (+3 points). En juin 2007, 39% des personnes interpellées par la police ont dû se soumettre à un alcootest. Ce pourcentage était de 36% en juin 2005. En observant ces pourcentages selon les types de contrôle, on constate que ce taux est de 75% pour les personnes impliquées dans un accident (+4 points par rapport à 2005) et de 36% pour les personnes interpellées suite à un contrôle général de la circulation (+4 points par rapport à 2005). Cette proportion est par contre en baisse pour les personnes interpellées suite à une conduite atypique (69% en 2007 ; -10 points) et celles interpellées suite à un contrôle de vitesse avec poste d’interception (14% en 2007 ; – 7 points).

Près d’un conducteur testé sur dix en infraction
Parmi les conducteurs dont l’alcoolémie a été mesurée durant le mois de juin 2007, plus de trois quarts (76%) ne présentaient aucune alcoolémie et 15% avaient des taux compris entre 0‰ et 0,5‰. Le pourcentage de conducteurs en infraction, c’est-à-dire avec un taux d’alcool supérieur ou égal à 0,5‰, est de 9%. Parmi ces conducteurs en infraction, deux tiers avaient un taux d’alcool qualifié (0,8‰ ou plus). Le taux d’infraction varie fortement selon le type de contrôle : 27% pour les conducteurs testés suite à une conduite atypique, 13% pour les accidentés, 8% pour les conducteurs testés suite à un contrôle de vitesse avec poste d’interception, et 5% pour les personnes testées suite à un contrôle général de la circulation.

img7442.jpg

Il y a toujours plus d’alcootests, mais le taux d’infraction reste constant.