Une vingtaine de groupes du mouvement Incroyables Comestibles se sont constitués en Pays de Savoie. Exemple avec celui d’Albertville.

La petite graine, semée en Grande- Bretagne en 2008, s’est, depuis, propagée au-delà de la Manche, jusqu’en Australie ou en Amérique du Sud. Le mouvement des Incroyables comestibles a même pris racine en Pays de Savoie, notamment à Albertville où il a repris ses sessions de plantation et d’entretien le 16 juin. Ni association, ni organisme dûment constitué, le groupe se définit – à l’instar de tous les autres – comme un collectif citoyen où chacun est libre de venir, ponctuellement ou assidûment, sans formalité, aussi bien pour participer aux opérations de jardinage que pour ramasser les légumes que d’autres auront cultivés. « N’importe qui est libre de jardiner, et n’importe qui est libre de récolter », confirme Olivier Cartier- Moulin, l’un des initiateurs du groupe albertvillois. Un concept qui détonne dans une société où la notion de propriété est érigée en principe, mais qui est le fondement du mouvement.

De quoi s’agit-il exactement ? De « promouvoir une agriculture urbaine participative en invitant les citoyens à planter partout où cela est possible et à mettre les récoltes en partage ». Créé l’an dernier, le groupe albertvillois a tout de suite été soutenu par la mairie qui a mis à sa disposition plusieurs espaces de plantation en centre-ville, dont deux derrière le Dôme théâtre, non loin des composteurs. « Et cette année, poursuit Olivier Cartier-Moulin, la Ville va nous installer des bacs en plus sur la place de l’Europe, où chacun pourra venir planter, arroser, désherber, gratter, cueillir. »

Devant tous les mini-jardins, de petits panneaux annoncent la couleur : « Nourriture à partager ». Et renvoient vers la page Facebook du groupe et ses prochaines dates de sessions collectives. « On y vient pour donner un coup de main, mais aussi pour être avec les autres. Cela permet parfois de parler de sujets sérieux dans des moments de partage… et dans la bonne humeur ! » Car derrière l’idéal international de « nourrir l’humanité de façon saine pour l’homme et pour la planète, localement, en suffisance, dans la joie et la dignité de chacun », se cache aussi la volonté de créer du lien et de susciter une prise de conscience globale. « Le but est moins la productivité que la sensibilisation des citoyens à devenir actifs autour de la résilience alimentaire », confirme Olivier Cartier-Moulin. « Notre alimentation est industrielle et mondialisée. Même si c’est à une petite échelle, il est possible de faire quelque chose pour que cela change, y compris en ville. »

Les autres groupes

D’autres groupes d’Incroyables comestibles sont actifs à Aix-les- Bains, Alex, Annecy, Armoy, Cervens, Chambéry, Cran- Gevrier, Évian, Faverges, Féternes, Héry-sur-Alby, Le Lyaud, Marnaz, Menthon-Saint- Bernard, Massongy, Neuvecelle, Orcier, Reignier, Saint- Michel-de- Maurienne, Thonon, Vieugy…

Retrouvez l’intégralité des groupes sur l’annuaire Incroyables Comestibles >>


Par Sylvie Bollard