La Ville de Bourgoin-Jallieu organisait mercredi 6 janvier une réunion publique ""d’information relative aux travaux d’aménagement du centre-ville et à la reprise du chantier de la rue piétonne. Près de 70 personnes se sont retrouvées à la Halle Grenette. Les élus et les techniciens en charge du projet ont présenté l’avancement du chantier et les changements engendrés par les travaux, n’occultant pas l’épineuse question de la collecte des ordures ménagères. Aux côtés du maire, Vincent Chriqui, avaient pris place Jean-Pierre Girard (adjoint au développement économique), Jean-Claude Pardal (adjoint à la sécurité, voirie, stationnement, transports, déplacements et parc automobile), Olivier Dias (adjoint aux finances communales) et Emmanuelle Spadone (conseillère municipale déléguée au développement durable et à la propreté). 

La question sensible des ordures ménagères…
On notait également la présence d’une représentante du SMND (Syndicat Mixte Nord-Dauphiné), service qui met tout en œuvre pour préserver la qualité du ramassage des ordures ménagères. Ce sujet fut bien la question centrale de la soirée. Pour les élus, c’était l’occasion de rappeler aux Berjalliens qu’un dépôt sauvage peut coûter cher… Et oui, l’abandon de déchets sur la voie publique est puni d’une amende de 180 € (68 € si vous réglez dans les 45 jours suivant le constat d’infraction). «Ça vaut peut-être le coup de marcher quelques mètres de plus jusqu’au conteneur le plus proche», lançait Jean-Claude Pardal. Il poursuivait : «Nous avons un problème récurrent du côté du parking Hector Berlioz. Nous avons ouvert les sacs, mais ceux-ci ne contenaient que des déchets ménagers et de la nourriture. Toutefois, au moment où je vous parle, les caméras sont bien dirigées. Nous aurons les coupables. Je vous le demande, soyons tous citoyens, respectons les règles.»
Dans le public, on s’offusquait notamment de la mise en place de points d’apport volontaire de déchets sur la place du 23 août 1944. Personne ne néglige l’ampleur du projet, mais certains s’étonnaient que l’on veuille “défigurer” la seule véritable place que compte la ville. Le déploiement de la collecte des ordures ménagères dans le centre-ville ne fait pas l’unanimité. «C’est la place référence des Berjalliens. Le côté esthétique va en prendre un coup, sans parler des odeurs. Pourquoi ici et pas ailleurs ?» entendait-on du côté des riverains et des commerçants. Pour Jean-Claude Pardal, il est clair qu’il y a des points positifs et négatifs. Vincent Chriqui et Jean-Pierre Girard indiquaient avoir pris bonne note du ressenti de l’assistance par rapport aux poubelles. Le maire soulignait : «Rien n’est figé dans le marbre, nous écoutons vos doléances. La concertation est ouverte sur le bien fondé des points de collecte. Les poubelles ne sont plus au pied des immeubles, nous enlevons donc de la pollution visuelle.»

Un centre-ville animé
La requalification de la rue de la Liberté (rue piétonne) est un moment difficile pour les commerçants. Vincent Chriqui ne se voile pas la face : «Les travaux se déroulent dans un contexte économique difficile. C’est pourquoi il me semble important de communiquer. Ce n’est pas accessoire. Il n’y a pas de paillettes. Et ce qui est proposé en terme d’information est assez remarquable.» Il rappelait également que ce chantier a été mis en place de façon concertée. «Et c’est votre présence qui rend cette démarche possible», lançait-il à l’assistance.
Quant à Jean-Claude Pardal, il avait revêtu la “tenue des grands jours”. Une tenue en adéquat aux réunions d’information en se mettant en symbiose avec les couleurs de la charte graphique : en jaune et bleu. Non non, il ne faisait pas la promotion des “Minions”. La réunion était des plus sérieuses. La requalification de l’hyper centre-ville berjallien se déroule dans un espace très contraint. De janvier à avril 2016, des tranchées seront creusées sur deux nouveaux tronçons. Les travaux “s’attaqueront” également au pavage de la place du 23 août 1944. Et là encore, ce n’est pas du superflu. Il était ainsi rappelé qu’un revêtement qualitatif est la 2e vitrine d’un commerce. Une exposition sur les travaux, ainsi que des échantillons de matériaux et une maquette, sont visibles à la Maison du Centre-Ville. Pour ce qui est du revêtement final, des espaces verts et des bornes escamotables, 6 000 m2 de surface seront traités à terme (pavage et dallage en pierre), ce qui représente un investissement de 2,523 millions d’euros HT.
Sur la période du 8 février au 30 mars, les travaux se poursuivront sur la place avec le pavage, la plantation de 5 arbres vers les bars et les branchements du réseau d’assainissement. Dans le courant du mois d’avril, il sera procédé à la restitution des terrasses des cafés.
Après la présentation des travaux déjà réalisés et l’évolution du chantier pour les prochains mois, les questions et remarques du public ont été nombreuses. Le débat a été particulièrement nourri. Un document de présentation est disponible en téléchargement sur internet : centreville-bourgoinjallieu.fr /sinformer
Carole Muet


2017-01-14