Poursuivant une stratégie de complémentarité entre le rail et la route, la Confédération et Genève ont présenté ce jour en conférence de presse les projets de développements de l’infrastructure autoroutière et du réseau cantonal genevois, qui permettront de progressivement désengorger le canton d’ici 2030. Ces projets sont complémentaires au programme valdo-genevois Léman 2030, qui doit doubler le nombre de places en train entre Genève et Lausanne d’ici 2025, et au futur réseau régional Léman Express, que l’achèvement des travaux de la jonction CEVA permettra de mettre en service en décembre 2019. La construction d’une troisième voie dans chaque sens sur l’autoroute de contournement se fera en cohérence et en étroite coordination avec les grands projets routiers du canton: la route des Nations, les infrastructures de Genève-Sud, le barreau de Montfleury, ainsi que la grande Traversée du lac, approuvée par les Genevois le 5 juin dernier en votation.

« Depuis 1993, pratiquement aucune nouvelle route n’a été construite à Genève », a rappelé M. Luc Barthassat, conseiller d’Etat genevois chargé du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA). « Le réseau genevois arrivant à saturation, il était donc grand temps que soit lancé un vaste de programme de développement des infrastructures routières, après que la Confédération et le canton ont œuvré de concert pour investir massivement dans le développement du rail à Genève avec les programmes CEVA, Léman Express et Léman 2030. »

En effet, aujourd’hui, l’autoroute de contournement de Genève a atteint un niveau de sollicitation impliquant qu’à moyen terme, sa capacité ne suffira plus à absorber le trafic entre les échangeurs de Perly et du Vengeron. Une étude menée par l’OFROU en 2013 en associant le canton, les communes genevoises et les institutions françaises a conclu que la seule issue pour résoudre les goulets d’étranglement de l’autoroute actuelle est la construction d’une troisième voie dans chaque sens (la traversée du lac venant dans un second temps pour compléter le ring autoroutier de l’agglo).

Ainsi, le 26 février 2014, le Conseil fédéral a approuvé le deuxième message relatif au programme d’élimination des goulets d’étranglement, confirmant le financement des travaux de l’ensemble des tronçons de l’autoroute de contournement de Genève. L’OFROU investira CHF 2,5 milliards sur les autoroutes de la région genevoise sur une quinzaine d’années.

Les améliorations planifiées

L’échange de trafic entre l’autoroute et le réseau routier cantonal se fait à travers les jonctions autoroutières. Avec les nouveaux grands projets routiers du canton, la route des Nations, les infrastructures de Genève-Sud et le barreau de Montfleury, il devient donc nécessaire d’intervenir pour réaménager la jonction du Grand-Saconnex, de compléter la jonction de Lancy-Sud et de construire la nouvelle demi-jonction de Vernier-Canada en préparation aux projets d’élargissement autoroutier à Genève. Le réseau autoroutier genevois doit être capable d’absorber les charges de trafic traversant entre les jonctions.

La jonction du Grand-Saconnex et la route des Nations

La première action d’envergure qui sera menée par l’OFROU et qui contribuera aux travaux d’élargissement autoroutier sur Genève est le réaménagement de la jonction du Grand-Saconnex (JAG). En effet, pendant ces travaux, le tronçon autoroutier Aéroport – Vengeron sera élargi pour la réalisation de la troisième voie. L’autorisation de construire de la JAG est en force, les travaux de la jonction débuteront en 2018 et dureront jusqu’en 2022.

Lors de ces travaux, afin de maintenir le trafic, quatre ponts seront démolis et reconstruits et un nouveau pont sera mis en service.

La jonction est également liée à la route des Nations, qui reliera en tunnel le quartier des institutions internationales. L’autorisation de construire de la route des Nations a été publiée le 16 août. Ainsi, les travaux seront lancés en 2017 par le canton et dureront jusqu’en 2022, pour une mise en service simultanée avec la JAG.

Le complément de la jonction de Lancy-Sud et les routes de liaison

Le complément de la jonction de Lancy-Sud fait partie des infrastructures de Genève-Sud, qui comprennent également les routes de liaison de Genève-Sud entre, d’une part, la route d’Annecy et la route de Saconnex-d’Arve et, d’autre part, la route d’Annecy et la route de Pierre-Grand. Le projet général de la jonction de Lancy-Sud est en cours d’approbation dans les offices fédéraux. La mise en service est prévue en même temps que la réalisation par le canton des routes de liaison qui sont actuellement en phase d’étude d’avant-projet, avec la participation des communes concernées.

La nouvelle demi-jonction de Vernier-Canada et le barreau de Monfleury

Cette nouvelle demi-jonction, qui sera réalisée par l’OFROU, permet l’accès direct à la zone industrielle de Meyrin-Vernier à travers le barreau de Monfleury, que le canton devra construire en même temps. Cette demi-jonction permet de soulager les jonctions de Meyrin et Vernier, qui sont actuellement saturées aux heures de pointe. En coordination avec le barreau de Montfleury, elle permettra de décharger fortement le réseau autoroutier au niveau du tunnel de Vernier, mais aussi les routes cantonales de Meyrin, Vernier, Nant-d’Avril, Peney, Mandement et Pictet, qui sont fortement soumises au trafic de transit. Cela permettra une requalification importante de ces axes en faveur des modes doux et des transports collectifs.

Elargissement autoroutier

Les phases d’études relatives à l’élargissement autoroutier ont déjà commencé sur certains tronçons comme Le Vengeron – Coppet – Nyon. Entre Meyrin et le Vengeron, le tronçon Aéroport – Vengeron bénéficiera des élargissements nécessaires pour les travaux de la JAG. Quant au tronçon devant le secteur de l’aéroport, le canton doit fournir à l’OFROU un concept de circulation qui tient compte de tous les grands projets de développement dans ce secteur. Ce concept sera présenté à l’OFROU en octobre prochain. Entre Meyrin et Perly, les études de projet général débuteront en 2017.

Ces projets se réaliseront tout en maintenant la circulation sur l’autoroute. Ce qui va provoquer des ralentissements sur les tronçons en travaux pendant la durée de leur réalisation qui s’étalera sur une durée de l’ordre d’une quinzaine d’années. Une attention particulière sera faite sur l’information des usagers afin de maintenir les flux et assurer leur sécurité. La mise en service partielle du Léman Express en 2018, qui introduira la cadence au quart d’heure entre Coppet et Lancy, doit également offrir aux usagers une alternative performante à la voiture pendant les travaux autoroutiers.

La traversée du lac et contournement Est de Genève – point d’avancement

L’élargissement de l’autoroute correspond à une première phase pour améliorer le réseau autoroutier du Grand Genève, et s’inscrit dans la stratégie multimodale « Mobilités 2030 » du canton. Les projets de grande Traversée du lac et de contournement Est de Genève viendront ensuite compléter le réseau pour créer un véritable périphérique autoroutier à l’horizon 2030.

Suite à la nouvelle disposition constitutionnelle approuvée par 62,8% des Genevois en votation populaire le 5 juin 2016 relative à l’initiative populaire cantonale 157 « OUI à la grande Traversée du Lac ! », le Conseil d’Etat poursuit la mise en œuvre du plan d’actions qu’il a adopté le 15 octobre 2014, visant à réaliser le bouclement autoroutier à l’horizon 2030. Celui-ci prévoit d’adopter d’ici la fin de l’année 2016 un projet de loi portant sur un crédit d’études pour financer les études d’avant-projet de la traversée du lac, du bouclement autoroutier et des mesures d’accompagnement. En outre, il a décidé de faire évoluer le pilotage stratégique du projet:

  • en créant un « Comité stratégique Traversée du lac » rassemblant l’ensemble des autorités du Grand Genève (dont les partenaires français et vaudois) qui aura notamment pour rôle d’assurer la coordination des différentes maîtrises d’ouvrage, chacune dans leur domaine de compétence. Les services de la Confédération accompagneront les réflexions du comité ;
  • en missionnant un « Conseil consultatif Traversée du lac », constitué de membres de la société civile. Ce dernier conseil devra rendre un avis sur les différentes étapes stratégiques de l’avancement des études. Dans un premier temps, il sera chargé, sur la base des études existantes, d’instruire la question du franchissement du lac en pont ou en tunnel.

Cette évolution est notamment justifiée par la forte dimension partenariale du projet, mais également par les développements autoroutiers prévus de part et d’autre de la frontière, en particulier coté France (élargissement et mise à péage de l’A40, nouveau diffuseur à Viry, désenclavement du Chablais), pour lesquels une coordination étroites entre autorités est nécessaires et pour lequel un groupe technique constitué des membres de l’agglomération mène actuellement une réflexion sous l’égide du Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT).

Les projets d’élargissement autoroutier, les grands projets routiers cantonaux et de la traversée du lac à venir visent à améliorer la fluidité du trafic individuel sur le réseau primaire et à libérer la ville du trafic transit. Outre l’objectif de fluidification du trafic, ces grands projets d’infrastructure une fois réalisés, sont de véritables leviers de développement économique et social et engendreront des retombées positives importantes pour l’ensemble de la population genevoise.

img21493.jpg