Les autorités de l’Etat de Genève, de la Ville de Genève et des représentants des occupants du site Artamis ont signé ce matin les baux permettant de reloger la plupart des occupants au 28-30, avenue Ernest-Pictet et au 2, rue du Vélodrome. Le site de la Jonction sera ainsi libéré de ses occupants d’ici le 15 octobre, rendant possible son assainissement et la construction de près de 300 logements.

Une «Fondation pour la promotion de la culture émergente» sera créée et versera un loyer à l’Etat pour la location du 28-30, avenue Ernest-Pictet. Cette fondation s’est vu accorder un don de six millions de francs de la part de la Fondation Hans-Wilsdorf, montant qui permettra de payer le loyer.

«L’Etat a déployé tous les efforts possibles pour reloger les occupants d’Artamis – alors même que cela relevait de leur responsabilité – car les activités d’Artamis méritent pour une bonne part d’entre elles d’être poursuivies», a affirmé le conseiller d’Etat Mark Muller, chargé du département des constructions et des technologies de l’information (DCTI). «Il était important de trouver une solution afin de libérer le site de la Jonction, ce qui permettra d’entamer les travaux d’assainissement et, une fois ceux-ci achevés, de créer près de 300 logements», s’est félicité le magistrat. Les occupants d’Artamis quitteront la Jonction entre le 1er et le 15 octobre prochains, de sorte que le site sera libéré dans deux semaines.

De son côté, la conseillère administrative de la Ville de Genève Sandrine Salerno, chargée du département des finances et du logement (DFL), s’est félicitée «qu’un des symboles de la culture alternative en Ville ait pu être maintenu». Elle a ainsi rappelé que «les lieux de culture alternative sont en difficulté à Genève. Artamis en est un exemple. Il appartient aux collectivités publiques de garantir la mixité, sociale certes, mais également culturelle, en proposant des solutions de logement mais également des ateliers à des prix abordables. En trouvant des solutions de relogement pour Artamis, ces impératifs ont pu être respectés.»

img10487.jpg

Des solutions innovantes pour reloger les occupants d’Artamis ont été trouvées grâce à un partenariat Etat-Ville et au soutien de la Fondation Hans-Wilsdorf.