Les associations Vaud-Cliniques et Genève-Cliniques, qui regroupent dix-huit établissements, ont présenté leur nouvelle campagne de sensibilisation 2008-2009, «Assurez-vous en privé», vendredi 5 septembre. Les présidents respectifs, Pierre-Frédéric Guex et Philippe Cassegrain, sont intervenus pour s’inquiéter de la remise en question du libre choix du médecin, qui est à la base de la médecine libérale en Suisse. Ils ont relevé la complémentarité des soins en privé et ceux du secteur public, tout en observant que les acteurs de la santé semblent pencher en faveur d’une étatisation à terme.

Avec près de 4’000 collaborateurs, les dix-huit établissements membres des associations de cliniques privées des cantons de Vaud et Genève totalisent près de 300’000 journées patients (nuitées) en 2007. A ce titre, leurs prestations répondent à une demande qui soulage les établissements publics et les coûts à la charge des cantons. Seule une assurance complémentaire d’hospitalisation en privé ou en semi-privé permet d’accéder à cette offre qui concerne aussi les divisions privées des établissements publics. Les cliniques privées proposent des plateaux techniques de pointe, utilisés par les meilleurs spécialistes des cabinets de ville, des prestations hôtelières soignées, offertes dans un environnement agréable, un suivi personnalisé et assuré par un personnel soignant expérimenté et disponible. A ces critères qualitatifs s’ajoutent les exigences des assurés de pouvoir accéder, librement et sans délai, aux prestations de soins.

De sérieux motifs d’inquiétude
Pierre-Frédéric Guex, Président de Vaud-Cliniques, a décrit dans son intervention les propositions actuellement en discussion qui visent à restreindre le libre choix, notamment du médecin: «Quelle que soit l’issue des débats parlementaires sur ces différentes propositions, il est désormais certain que sous une forme ou une autre, la liberté de choix du patient n’en sortira pas indemne. D’où l’importance, pour tous ceux qui tiennent à l’ensemble des libertés de la médecine libérale de maintenir ou d’acquérir une couverture complémentaire privée.»

Philippe Cassegrain, Président de Genève-Cliniques, s’est inquiété du recul du nombre d’assurés au bénéfice d’une assurance complémentaire, ce qui explique la campagne de sensibilisation entreprise par les deux associations: «Le système de santé devient de plus en plus opaque et complexe créant un sentiment d’insécurité. Si le nombre des assurés en assurance d’hospitalisation complémentaire recule, ce n’est pas tant en raison de son coût – c’est un marché régi par la concurrence – mais bien par la hausse constante de l’assurance de base.»

Campagne d’affichage
Les deux présidents, accompagnés d’Inès Kreuzer, Secrétaire patronale de Genève-Cliniques et de Jean-Marc Bovy, Secrétaire général de Vaud-Cliniques, ont également présenté la nouvelle campagne visuelle qui démarre début septembre dans les principales agglomérations de leur canton respectif sur le thème: «Assurez-vous en privé». Par voie d’affichage et d’insertion publicitaire dans la presse, cette campagne d’information et de sensibilisation vise à encourager chacun à conserver ou à souscrire une assurance complémentaire donnant accès sans restriction aux soins en clinique privée.

img10301.jpg

Pierre-Frédéric Guex, à gauche, président de Vaud-Cliniques, et Philippe Cassegrain, président de Genève-Cliniques, présentent l’une des affiches de la nouvelle campagne d’information et de sensibilisation incitant la population à souscrire aux assurances complémentaires d’hospitalisation.