Assurances achètent trop de papier

par | 27 Mar 2007

Les banques, assurances et entreprises de télécommunication suisses utilisent 60’000 tonnes de papier graphique par an, ce qui représente un grand impact sur l’environnement. Dans une étude, le WWF et FSC Suisse ont comparé 56 prestataires de services en fonction de critères écologiques. Conclusion: seules trois banques présentent une utilisation de papier exemplaire.

Qui d’entre nous réfléchit à l’impact sur l’environnement lorsqu’il relève la correspondance mensuelle de sa banque, de son assurance ou de son fournisseur télécom de la boîte aux lettres? Et ce n’est pas qu’une question de quantité absolue: la qualité du papier a aussi une influence sur l’environnement. «A elles seules, ces trois branches totalisent environ 10 à 15% des 625’000 tonnes de papier graphique utilisées chaque année en Suisse», déclare Damian Oettli, chef de projet forêt au WWF Suisse. «Cela correspond à une bande de papier de 1 m de large et faisant 700’000 fois la longueur de la Bahnhofstrasse de Zurich, ou 16 fois le tour de la Terre.»

Ces chiffres ont conduit le WWF à analyser les critères et l’impact sur l’environnement des achats de papier des 56 plus grandes entreprises suisses dans les branches des banques, assurances et télécommunications. L’analyse de l’entreprise Carbotech AG est révélatrice: seules trois entreprises appliquent des mesures efficaces pour diminuer l’impact environnemental. Les entreprises qui ont participé à l’enquête utilisent en moyenne 13% de papier recyclé, 31% de papier FSC (Forest Stewardship Council) et 54% de papier de fibres fraîches non certifiées.

Chez les banques, les bons élèves sont la Banque alternative suisse, la banque Coop et la Banque cantonale bâloise. Toutes trois réduisent leur impact environnemental de 60 à 70% par rapport à un approvisionnement en papier conventionnel (« scénario du pire »). Neuf autres banques ont également réalisé des améliorations sensibles. «La situation est plus critique chez les assurances», continue Oettli. «Aucune entreprise ne fait assez d’efforts dans ce domaine pour que nous puissions la qualifier d’exemplaire». Même constat pour les entreprises de télécommunication.

Plus de 60% des entreprises analysées doivent être qualifiées d’indifférentes aux questions d’écologie en ce qui concerne les achats de papier. «Au vu des meilleurs résultats atteints, il est évident qu’il y a un grand potentiel d’amélioration en matière d’impact sur l’environnement chez la plupart des entreprises, aussi chez les grandes entreprises conventionnelles», souligne Oettli. Les mesures principales recommandées par le WWF sont l’économie de papier, l’utilisation de papier recyclé, et en seconde priorité, le papier FSC.

img2844.jpg

625’000 tonnes de papier graphique sont utilisées chaque année en Suisse…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest