L’Association romande contre la drogue (ARCD) n’est pas certaine de l’efficacité des automates à seringues de Lausanne destinés à juguler les maladies liées à la toxicomanie et dénonce l’effet pervers de telles machines.

Opinion de l’ARCD
« L’installation d’automates à seringues dans des rues lausannoises, première initiative de ce genre dans une ville de Suisse romande, est une mesure qui contribue puissamment à la banalisation de la drogue et à son acceptation sociale facilitée, en même temps qu’elle court-circuite les efforts de prévention et constitue un signal pour les dealers, comme toute mesure visant à faciliter la consommation de stupéfiants. De surcroît, il n’existe aucune preuve que la mise à disposition d’automates à seringues ait contribué de quelque manière que ce soit à réduire le nombre des infections virales et celui des surdoses mortelles ».

Zurich mal en point
L’Association romande contre la drogue (ARCD) tient à relever d’ailleurs que la situation s’aggrave dans une ville comme Zurich où ont été installés plusieurs automates. Avec la mise en service d’automates à seringues, l’échange de seringues – une seringue stérile contre une seringue usagée – cède le pas à la distribution de seringues sans contrepartie autre que financière (3 francs pièce) ni médiation humaine. Pour l’Association, il paraît difficile d’expliquer aux enfants que la drogue est néfaste à la santé avec de telles machines installées en pleine ville : « Comment, dans les familles et à l’école, expliquer aux adolescents que l’héroïne et la cocaïne sont des drogues dangereuses et illicites si la municipalité de leur ville place des automates à seringues sur la voie publique pour en faciliter la consommation? »

Automates à seringues : une initiative pour rien?
Cette initiative malheureuse s’inscrit en fait dans le cadre de la politique de prétendue «réduction des risques», dont on connaît aujourd’hui les limites. Le nombre de toxicomanes victimes d’infections virales du type HIV et hépatite B et C demeure élevé dans une grande ville comme Zurich, où une trentaine d’automates à seringues ont été installés sur la voie publique. Il n’existe par ailleurs aucun lien avéré entre la présence de ces automates et la réduction du nombre de surdoses mortelles, puisqu’on est passé à Zurich de 45 décès en 1999 à 63 en 2005.

Contact
Jean-Philippe CHENAUX, Membre du comité de l’ARCD, Membre du Conseil consultatif pour la prévention et la lutte contre la toxicomanie du canton de Vaud, 021 / 796 33 00, jpchenaux@centrepatronal.ch

img599.jpg

Pour ou contre les automates à seringues?