Le festival de la Bâtie 2007, en terme de fréquentation des spectacles, a été avec ses 21’130 spectateurs, l’édition la plus suivie depuis le début de la convention de subventionnement, soit depuis 2002. Avec plus de cinquante spectacles dans une trentaine de lieux à Genève et en France voisine, avec un accent fort sur le Canada, l’art oratoire, la création genevoise, le spectacle Jeune public et un irrésistible Manitoba, cette édition aura fait vivre 16 jours intenses à plus de 33’800 festivaliers. Quant aux artistes canadiens invités à La Bâtie 2007, ils étaient inconnus à Genève. Ils ont toutefois remporté un véritable succès public, ce qui prouve la confiance et la curiosité des festivaliers. A retenir également la polymorphe Marie Brassard et ses deux spectacles déroutants, la grande Louise Lecavalier et la maîtrise du geste dansé, ou le Mutek et ses trois propositions électroniques enjôleuses.

Une des grandes réussites de cette édition a révélé un art trop souvent oublié : l’art oratoire. La Bâtie 2007, en association avec l’Université de Genève, a sondé cet art pour en explorer les codes, les règles mais aussi les mystères. Au travers de bribes de discours célèbres diffusés dans une pièce obscure, d’une conférence, de tables rondes bouillonnantes et des joutes verbales du Concours d’art oratoire, les festivaliers ont répondu très nombreux à l’appel du verbe.

Un public jeune
Très nombreux également ont été les jeunes festivaliers à se délecter des spectacles tout public. On se souvient de Pascale Platel et son rebondissant Roi des chips au paprika, ou le Bal des Zinzins où il était strictement interdit de ne pas s’amuser. Les adolescents, quant à eux, ont eu droit à une très belle Fête aux Bains et à la crème du rap genevois, rassemblée pour l’occasion sous le nom de GeneVibrationZ. Cette volonté d’orienter une partie de la programmation vers le jeune public répond à un réel besoin, si l’on se fie à la bonne fréquentation de ces propositions, et nous encourage à poursuivre dans cette voie.

img6240.jpg

Pour ses 30 ans, le rendez-vous culturel de la rentrée s’achève sur un bilan positif!