Né à Chamonix, montagnard dans l’âme, Philippe Bozon est une personnalité emblématique du hockey.
Premier joueur français à évoluer en NHL, il a notamment participé aux Jeux olympiques à quatre reprises (1988, 1992, 1998, 2002) et a aidé à propulser le Genève-Servette Hockey Club en Ligue A.

Vous avez été husky, bouc, aigle, quel est votre animal et club fétiche?
C’est plutôt le dauphin! Dans chaque club où je signe, j’ai pour principe de donner le meilleur de moi-même. J’ai vécu de bonnes expériences partout et je n’ai pas de préférence particulière.

Votre avis sur les play-offs?
Ils seront de grande qualité. Le championnat est très serré. Les grosses équipes suisses Bern, Lugano, Zurich, Davos ont répondu présentes cette année pour les phases finales. Je pense qu’on assistera à des séries de haut niveau et donc très intéressantes.

Que faites-vous aujourd’hui?
Je m’occupe du mouvement junior et de la formation des jeunes pour alimenter l’équipe première. J’essaye d’apporter mon expérience de différentes cultures hockeyistiques et de redonner à ce sport ce qu’il m’a apporté.

Votre touche personnelle?
Le travail et surtout l’envie de gagner, je déteste la défaite!

Quel œil gardez-vous sur l’équipe première du GSHC?
Avec mes fonctions, les entraînements, les matches et leur préparation, je n’ai plus trop le temps de voir évoluer la première. Je m’entraîne quelquefois avec eux pour faire un peu de condition physique. Cette saison, ils ont été en dent de scie pendant un bon moment, mais je crois qu’ils sont en train de monter en puissance. Ils seront prêts pour les play-offs.

Quel sentiment sur votre carrière?
J’ai arrêté de jouer il y a deux-trois ans. J’ai vécu de belles aventures, les jeux olympiques, la chance et l’opportunité de vivre le hockey dans différentes cultures… Toutes les expériences que j’ai vécues ont été magnifiques. Jamais je n’aurais pensé aller en Allemagne, en NHL, je pense que c’est une belle école de la vie.

Quelle est la vie d’un leader?
Ce n’est pas parce qu’on a fait du sport et qu’on a eu un peu de succès et de reconnaissance qu’il faut se prendre pour un autre. Je pense ne jamais avoir changé. Je suis quelqu’un de tout à fait normal qui ne parle pas beaucoup, je suis un montagnard avec les pieds bien sur terre. Et le hockey… c’est le collectif avant tout!.

img11976.jpg

Philippe Bozon devant la patinoire en plein-air des Vernets