C’est en mairie de Vaulx-Milieu que la brigade territoriale de gendarmerie ""de L’Isle d’Abeau a fait un point exhaustif sur son activité. Jeudi 21 janvier c’était l’inspection annoncée, comme chaque année. Le bilan de l’année 2015 été présenté en présence des élus du secteur, dont Dominique Berger (maire de Vaulx-Milieu), Guy-Alain Dufeu (1er adjoint au maire de L’Isle d’Abeau), Michel Guérin (maire de Saint-Alban-de-Roche) et Michel Laude (maire de Chèzeneuve). La brigade de L’Isle d’Abeau veille sur cinq communes (Chèzeneuve, L’Isle d’Abeau, Four, Saint-Alban-de-Roche et Vaulx-Milieu) représentant 22 420 habitants sur 43 m2 en zone de compétence. Cette unité péri-urbaine dépend de la Compagnie de gendarmerie de Bourgoin-Jallieu. Elle comprend 25 militaires avec le renfort de gendarmes répartis sur La Verpillière, Villefontaine, et L’Isle d’Abeau. Cela permet la mise en place de patrouilles supplémentaires pour couvrir une partie de l’après-midi jusqu’en milieu de nuit. 
Le chef d’escadron Jean-François Fèvre, commandant la Compagnie de Bourgoin-Jallieu, rappelait qu’en 2015, les militaires ont reçu la visite du Préfet coordonnateur de la ZSP (Zone de Sécurité Prioritaire). Les militaires ont alors appris qu’il y aura certainement une réflexion nouvelle concernant la ZSP. Rappelons que les ZSP ont été créées en juillet 2012. Elles ont pour objectif d’apporter des réponses durables et concrètes aux territoires souffrant d’une insécurité quotidienne et d’une délinquance enracinée, ainsi qu’à ceux qui connaissent depuis quelques années une dégradation importante de leurs conditions de sécurité.
C’est dans ce contexte que le capitaine Hugues Lépine, commandant la brigade territoriale de L’Isle d’Abeau, présentait son unité tout en indiquant qu’actuellement, il manque deux gendarmes. Il soulignait : «L’efficacité d’une unité dépend du nombre de l’effectif dont elle dispose. En 2015, cinq militaires ont été affectés ici. Il faut savoir que la totalité de mes neuf agents de police judiciaire ont moins de trois années d’expérience en gendarmerie départementale.» Le commandant Jean-François Fèvre renchérissait en précisant aux élus que l’effectif de la brigade de L’Isle d’Abeau est constitué, la plupart du temps, de militaires qui n’ont pas fait le choix de cette unité. Il expliquait : «Il s’agit d’arrivées forcées avec des gendarmes de la mobile qui basculent en départementale. Il y a aussi des personnels qui viennent des écoles ou qui reviennent d’Outre Mer. Parmi les gradés supérieurs, il va y avoir l’arrivée d’un militaire de Villefontaine qui connaît bien la zone. Un haut gradé de Meylan devrait également faire son arrivée. Ces deux gendarmes ont demandé à venir sur cette unité !»
Les gendarmes de L’Isle d’Abeau effectuent une permanence 7 jours sur 7 et 24h sur 24. En moyenne, ils sont 13 à gérer chaque jour la sécurité sur ce territoire. En ce qui concerne l’activité en police judiciaire, elle est désormais compartimentée en sept grands domaines suivis au niveau national : les atteintes volontaires à l’intégrité physique, les atteintes aux biens, les escroqueries et infractions économiques et financières, la grande criminalité (une nouveauté), les comportements portant atteinte à la tranquillité publique, les atteintes à la santé et à l’environnement et les infractions à la réglementation.

Adopter une nouvelle façon de travailler
Sur ces grands domaines, il a été constaté une forte augmentation des agressions et des violences aux personnes en 2015 avec 166 faits constatés, contre 151 en 2014. Elles regroupent les règlements de compte, les tentatives d’homicide, les coups et blessures, les séquestrations, les viols, les affaires sexuelles, les mauvais traitements sur enfants… Les violences intra-familiales, en particulier, sont en hausse.
Il en est de même pour les atteintes aux biens avec 763 faits enregistrés l’an dernier contre 744 en 2014. Elles regroupent les vols à main armée, les vols avec violence, les cambriolages, les vols à l’étalage, les vols de véhicules et d’accessoires de véhicules, les vols sur chantiers… La même tendance a été observée pour les escroqueries et les infractions économiques et financières avec 76 faits contre 61 en 2014. L’unité a par ailleurs traité neuf affaires de fausse monnaie.
A noter, le taux d’élucidation des affaires est en hausse de 7,70 %, atteignant 89,20 %. Dans le domaine des atteintes aux biens, les vols avec violence sont en légère baisse avec 11 dossiers (-14 par rapport à 2014), tandis que les cambriolages sont en hausse avec 174 affaires (+22). Il a été relevé 665 affaires de vols sans violence (+29 par rapport à 2014). Les vols de voitures sont en légère baisse avec 234 affaires (-21). On relève 115 résidences principales cambriolées et 76 affaires d’escroquerie (+15). Il n’y a également pas eu de répit dans le domaine des atteintes à la tranquillité publique, puisque l’on dénombre 261 affaires en 2015 (+16).
Par commune, il a été relevé un cambriolage sur Chèzeneuve (-1), 19 sur Four (+11), 118 sur L’Isle d’Abeau (+26), 17 sur Saint-Alban-de-Roche (+2) et 18 sur Vaulx-Milieu (-19). Concernant les atteintes aux biens, elles sont au nombre de huit sur Chèzeneuve (+4), 26 sur Four (+11), 797 sur L’Isle d’Abeau (-31), 43 sur Saint-Alban-de-Roche (-14), et 61 sur Vaulx-Milieu (-17). En ce qui concerne les atteintes volontaires à l’intégrité physique, aucune n’a été relevées sur la commune de Chèzeneuve. On dénombre quatre affaires sur Four (+3) et 141 sur L’Isle d’Abeau.
Globalement, sur l’année écoulée, la brigade a effectué 859 interventions sur la commune de L’Isle d’Abeau, 107 sur Vaulx-Milieu, 54 sur la commune de Saint-Alban-de-Roche, 44 sur Four et 13 sur Chèzeneuve. En conclusion, le capitaine Hugues Lépine précisait que le territoire était «particulièrement impacté par la délinquance locale et itinérante.» Rien que sur le mois de novembre, il a été constaté une forte augmentation de la délinquance avec 60 faits supplémentaires par rapport à 2014. «Ce qui impacte les résultats sur l’ensemble de l’année 2015», expliquait le capitaine Hugues Lépine.
Après l’activité judiciaire, le moment était venu d’aborder l’activité de la police de la route. On a eu à déplorer deux morts en 2015 (un sur L’Isle d’Abeau et un à Vaulx-Milieu) et 10 blessés. Au total, il y a eu 7 accidents corporels sur le secteur, contre 5 en 2014. Le capitaine précisait que 30 400 véhicules/jour circulent sur la RD 1006.
En conclusion, le commandant Jean-François Fèvre précisait que l’année 2015 avait été «particulièrement perturbante et perturbée.» Il évoquait les attentats perpétrés à Paris, mais aussi plus près de nous à Saint-Quentin-Fallavier. L’officier soufflait : «On n’avait pas eu de décapités depuis des lustres… Le 13 novembre dernier, les terroristes se sont attaqués à la France entière, à leurs frères et sœurs. C’est devenu le sujet principal. Nous sommes en état d’urgence. On est en phase de guerre et la vraie difficulté, c’est de faire face à ça. Le contexte nous a amenés à opter pour une nouvelle façon de travailler, qui n’était pas dans le contrat au départ. Nous sommes préparés pour des événements avec des gendarmes surarmés et sur-entraînés sur certains sites. Pour le reste, en 2016, notre objectif sera encore la lutte contre les cambriolages. Pour ce faire, nous travaillons avec les communes de L’Isle d’Abeau et de Vaulx-Milieu à la mise en place de caméras de vidéo-protection.» A suivre…
Carole Muet


2017-02-04