Samedi 17 et dimanche 18 mai, tous les musées de France étaient en fête dans ""le cadre de la “Nuit européenne des mu-sées”. Rien que sur le département de l’Isère, pas moins de 85 animations étaient proposées sur deux jours et une nuit pour cette 18e édition ! Le musée de Bourgoin-Jallieu était naturellement de la partie, ses bénévoles invitant le public à venir découvrir ses magnifiques collections et ses expositions, mais aussi à participer à un programme exceptionnel d’animations.
Suivant la règle du jeu, le musée de Bourgoin-Jallieu avait imaginé un moment de rencontres spécifique ce week-end là. Les lieux sont devenus tout à la fois une scène de spectacle, un formidable terrain d’expression pour des ateliers créatifs et le théâtre de visites impromptues. Si le programme de ces deux jours et une nuit était chargé, cette “fête des musées” n’a malheureusement pas attiré le public escompté. La fréquentation a été timide et c’est bien dommage.
Les absents ont eu tort, puisque le musée de Bourgoin-Jallieu avait ouvert grand ses portes pour que le public puisse découvrir ou redécouvrir ses riches collections de tissus notamment, ainsi que la très belle exposition sur le peintre Alfred Bellet du Poisat (1823-1883). Pas moins de 150 œuvres de l’artiste berjallien sont rassemblées, de la simple esquisse à des peintures monumentales.
Il y avait également une animation intitulée “Toiles en piste”. Elle avait pour objectif de permettre aux familles de découvrir sous la forme d’un jeu de piste ludique cette exposition temporaire, du “romantisme à l’impressionnisme”. Munies d’un livret, les équipes étaient autonomes et devaient résoudre des énigmes portant sur les œuvres d’Alfred Bellet du Poisat. Chaque participant devait faire appel à son sens de l’observation et de déduction, mais également à sa créativité !
Le samedi soir, les activités étaient libres. Une animation a remporté un joli succès auprès d’un public éclectique qui s’est laissé prendre au jeu. Il s’agissait d’une “exposition-spectacle” sous la forme d’une visite guidée théâtralisée et loufoque, menée de main de maître par deux comédiennes qui n’avaient pas leur langue dans la poche. Ces drôles d’énergumènes ont conté l’histoire extraordinaire des “Bistissandres : Us et Costumes d’une tribu imaginaire”.
Brigitte Saché Mené-Awouza Wendo, éminente ethnologue du CNRS, était au centre de cette histoire complètement déjantée. A chaque retour d’expédition, elle n’a de cesse de communiquer son enthousiasme et anime des visites guidées sur les coutumes et les rites de ce peuple méconnu à travers toute une exposition qui leur est consacrée ! Chercheuse passionnée et passionnante, elle a conté les mœurs et rites sociaux de cette communauté qui s’habille avec des vêtements en peaux de “phacotex” : des habits détournés, tressés et grillagés ! Des dessins à l’encre représentaient aussi cette tribu dans son quotidien. C’était tellement bien fait que les enfants comme les adultes n’arrivaient plus à discerner le vrai du faux ! Après un peu plus d’une heure de pur délire, les participants de-vaient de reprendre leurs esprits… La bonne humeur était au rendez-vous et tout le monde était ravi d’avoir participé à cette visite vraiment très originale. Sur la seule journée du samedi, le musée a comptabilisé 151 visiteurs, dont 114 en soirée.
Le dimanche, d’autres animations battaient leur plein, avec notamment des démonstrations de dentelle au fuseau et de broderie d’art exécutées par des doigts agiles. En parallèle, les bénévoles présentaient les ouvrages de la bibliothèque des Amis du Musée. Là aussi, les visiteurs ont pu partir à la découverte d’un riche patrimoine écrit d’histoire locale et de droit. La bibliothèque compte en effet 2 400 volumes (imprimés, manuscrits…), dont 100 titres antérieurs à 1800, 1 600 titres du XIXe siècle et de nombreux périodiques locaux. Magique !
Carole Muet
""""

2015-06-13