La programmation de la première semaine du festival de la Bâtie a rencontré un vif succès. Place aux temps forts de la deuxième semaine:

Peter von Poehl et Absinthe Music’s Cinematic Dreams en créateurs de B.O.
– L’électro furieuse de Kap Bambino
– le rock planant de Dean& Britta sur les 13 Most Beautiful…Songs for Andy Warhol’s Screen Tests
– le cinema-opéra de l’artiste multimédia Wayn Traub avec Maria-Magdalena
– le duo décalé Running Sushi des autrichiens de Liquid Loft
– le Darwin électro-opéra Tomorrow, in a Year du collectif Hotel Pro Forma
– le danseur électrique aux multiples facettes Hiroaki Umeda.

En musique, PETER VON POEHL a composé spécialement pour la Bâtie, la bande originale d’Arrow Drawings, une oeuvre de Charlotte von Poehl, qui met en image les flux, densités et évènements d’une métropole.

ABSINTHE MUSIC’S CINEMATIC DREAMS propose deux créations musicales inédites: la première de Christophe Calpini agrémentée de lectures de poèmes de Pier Paolo Pasolini et de projections vidéo, la deuxième de Dog Almond, accompagné de projections de scènes marquantes du cinéma revisitées par un DJ et des comédiens.

Toujours en musique, mais dans un registre radicalement différent, KAP BAMBINO – petits protégés de Depeche Mode – défend une électro libre et furieuse.

En clôture de Festival, les icônes d’Andy Warhol et les stars éphémères et inoubliables de la Factory s’animent sur grand écran accompagnées par le rock langoureux du duo DEAN & BRITTA ( les ex Luna).

Dans un projet total sur l’origine des espèces dont la chorégraphie est conçue par Hiroaki Umeda, le duo culte avant-gardiste suédois the Knife signe la musique du Darwin électro-opera Tomorrow in a Year du collectif danois HOTEL PRO FORMA. Coup de coeur de La Bâtie 08, HIROAKI UMEDA, est à redécouvir aussi en solo dans Haptic et Adapting for distortion.

L’artiste flamand bardé de prix, WAYN TRAUB, revient à La Bâtie avec Maria-Magdalena, première suisse de ce «cinéma-opéra». Au programme: de la musique électro qui serre les tripes et des images secouées, coupées et recoupées au montage.

Dans Running Sushi de LIQUID LOFT le public choisit l’ordre des douze scènes comme dans un sushi bar. Les séquences sont comme la progression imagée d’un personnage de Manga.

img13709.jpg

Photo d’ Isabelle Meister et Boris Meister