Le taux de vacance des logements à Genève était de 0,19 % au 1er juin 2007. Il se situe autour de 0,20 % depuis 2002, soit en situation de pénurie par rapport à un marché équilibré à 1,5 % de vacance. La Chambre genevoise immobilière, partenaire de l’accord sur le logement signé fin 2006, rappelle qu’il s’agit d’atteindre un rythme de production annuel de plus de 2’000 nouveaux logements (1’280 en 2006) pour résorber la pénurie.

Les nouvelles valeurs des terrains en zone de développement et le suivi des plans localisés de quartier (PLQ) ont encouragé de nouvelles réalisations. D’ici un à deux ans, le potentiel de logements réalisés en zone de développement sera meilleur. En revanche, seul l’apport d’un nombre important de logements créés sur de nouveaux périmètres avec des opérations d’envergure permettra de contribuer à résorber le déficit en logements. Ainsi, le développement des quartiers déjà identifiés de La Chapelle – Les Sciers, des Vergers, des Communaux d’Ambilly et de Praille – Acacias est une priorité cantonale.

La pénurie de logements doit être combattue parce qu’elle prétérite la capacité d’accueil du canton, restreint le développement des entreprises qui peinent à embaucher, limite les rentrées fiscales, péjore inutilement les relations entre propriétaires et locataires et pollue l’environnement par les transports qu’elle génère.

img5821.jpg

1280 logements construits en 2006 au lieu des 2000 programmés rappelle la Chambre genevoise immobilière