Changement de cap

par | 26 janvier 2012

La menace pesait sur notre pays depuis quelque temps; elle a finalement été mise à exécution : Standard & Poor’s a abaissé la note de la France d’un point, faisant ainsi trembler la population, le monde médiatique et politique.

La conséquence principale de cette dégradation est de voir augmenter les taux d’intérêt appliqués à la France, en raison de son risque accru d’instabilité. Pour notre économie, déjà au bord de l’asphyxie, et pour notre dette publique qui culmine aujourd’hui à plus de 1300 milliard d’euros (et ne cesse de progresser, notamment à cause de la charge de la dette évaluée à 45,8 milliard par an), la nouvelle semble en effet catastrophique.

Il faut pourtant raison garder : un élève ayant 19 de moyenne a-t-il réellement plus de chance de rater son bac qu’un autre avec 20 de moyenne ? J’en doute. Les deux méritent vraisemblablement une mention. Ainsi la France, avec son AA+, reste suffisamment bien cotée pour qu’aucun organisme financier ne ressente une éventuelle menace. Toute augmentation du taux d’intérêt ne pourrait alors être due qu’à la volonté de l’organisme en question d’améliorer sa rentabilité.

D’ailleurs, le monde économique et financier ne s’y est pas trompé. Dopés par des résultats d’entreprises plus optimistes que prévus, les marchés boursiers, loin de dévisser, sont repartis à la hausse sans se préoccuper davantage des changements opérés par Standard & Poor’s et, qu’en champions de l’anticipation, ils avaient de toute façon intégrés depuis fort longtemps. Quant aux banques, elles n’ont finalement pas jugé opportun de relever le prix de leurs crédits.

Sur le plan politique en revanche, l’abaissement de la note de S&P souligne les défaillances de nos gouvernements successifs à enrayer notre déficit public depuis plus de 30 ans. Il vient aussi rappeler la nécessité d’un véritable plan de rigueur pour préserver la zone euro.
Au passage, il souligne ainsi que, quoi qu’il advienne en mai prochain, il y a peu de changements à attendre des prochaines élections.

0 commentaires

Découvrez également :

Édito | Le déficit et la guerre

« On a une stratégie claire : baisser les impôts, pour relocaliser, être le pays le plus attractif en Europe et réindustrialiser. C’est ce que nous sommes en train de faire. […] La réindustrialisation, c’est bon pour l’emploi », a déclaré Emmanuel Macron, le 11...

LIRE LA SUITE

Industrie : SAV France, une entreprise magnétique

SAV France, à Montmélian, filiale française du groupe allemand SAV, est spécialisée dans le magnétisme industriel. Créée en 2013, elle présente la particularité d’être détenue à 67 % par ses deux cogérants savoyards. SAV France, créée en 2013 par Vincenzo...

LIRE LA SUITE

ZAC Vetrotex : dans le “triangle d’or” de Chambéry

À Chambéry, les trois ZAC du centre nord : Grand Verger, Vetrotex et La Cassine forment un “triangle d’or” en pleine mutation. Sur la friche industrielle Vetrotex, plus de 800 logements sortent de terre… Le périmètre des trois Zac (zones d’aménagement concerté)...

LIRE LA SUITE

Publicité