La loi sur les conditions d’élevage, d’éducation et de détention des chiens, adoptée en votation populaire le 17 juin 2007, prévoit à son article 10 que le Département du territoire définisse, d’entente avec les communes et après concertation des milieux intéressés, des lieux où les chiens, quelle que soit leur race, ne sont pas admis. En réponse à cette demande, le Conseil administratif a fait parvenir au Département du territoire la liste des parcs publics qui seraient interdits aux chiens, en vue de l’élaboration du règlement d’application de la loi.

Afin d’apporter la réponse la plus appropriée, le Conseil administratif a cherché à prendre en compte à la fois les caractéristiques objectives de ces emplacements (présence d’une école, d’une place de jeux, d’une pataugeoire, d’un parc animalier, de faune ou de flore intéressantes), les dimensions des parcs ou des espaces verts visés, leur situation dans l’espace urbain, leur proximité ainsi que les diverses fonctions qu’ils peuvent remplir aux yeux de la population.

Le Conseil administratif a également porté son attention sur les espaces qui, soit en raison de leur structure (la Terrasse Agrippa-d’Aubigné, composée de deux niveaux), soit en raison de leur taille (Parc La Grange, Bois-de-la-Bâtie, Parc Barton, Parc des Cropettes, etc.) peuvent être soumis à des régimes différents (parcs ou espaces verts où les chiens ne sont pas admis, où ils sont admis sous conditions, où ils peuvent être laissés en liberté). La liste des parcs ou espaces verts où les chiens ne devraient pas être admis se présente de la manière suivante: rive gauche : Ile Rousseau, Parc Gourgas, Parc Baud-Bovy, Promenade du Pin, Square des Allobroges, Square Simon-Durand, Terrasse Agrippa-d’Aubigné (partie supérieure) ; rive droite : Jardin Botanique, Jardin de la Paix, Parc de Bourgogne, Parc des Délices, Parc Liotard, Promenade de Warens. A l’exception du Jardin Botanique, tous ces parcs ou espaces verts interdits sont en général de petite dimension.

img7010.jpg

Pour les grands parcs susceptibles d’être divisés en des zones distinctes, des aménagements ad hoc seront envisagés.