La conférence de Bali sur le climat a permis d’aboutir pour la première fois à un consensus international sur le contenu et le calendrier d’élaboration de l’accord qui prendra le relais du protocole de Kyoto. La feuille de route convainc par la diversité des solutions retenues et la volonté exprimée de poursuivre, avec le concours de l’économie, les ambitieux objectifs climatiques fixés. Au terme de négociations interminables et épuisantes, la raison et le pragmatisme l’ont emporté à Bali. La feuille de route adoptée définit une approche exhaustive et à long terme, dans laquelle tous les Etats s’engagent à réduire les émissions globales. Cela revient à ouvrir une brèche dans le mur qui divisait le monde entre les pays qui ont pris des engagements de réduction des émissions (pays industrialisés) et ceux qui ne se sont pas engagés.

Quatre piliers pour maîtriser le changement climatique
La feuille de route se base sur quatre piliers. Le premier vise à éviter les changements climatiques. Les objectifs de réduction des émissions tiendront compte des particularités nationales. Cela permettra d’honorer les efforts déjà fournis par certains pays en vue de diminuer leurs émissions, comme c’est le cas de la Suisse. Il s’agira aussi d’éviter les distorsions de concurrence résultant de la diversité des normes environnementales, en introduisant dans certaines branches des valeurs cibles d’émissions applicables à l’échelle mondiale (par exemple pour la production de ciment, d’acier et de papier).
Le deuxième pilier de la feuille de route comprend l’adaptation aux changements climatiques. Outre le transfert de technologies et de savoir-faire, de nouvelles solutions de financement et d’assurance sont prévues. Les troisième et quatrième piliers concernent l’accès aux technologies et à de nouvelles sources de financement. Les milieux économiques se réjouissent du fait que la feuille de route adoptée à Bali soit un concept ouvert, qui ouvre de nouvelles opportunités aux milieux industriels et financiers.

img7438.jpg

Feuille de route de Bali: un menu appétissant et varié plutôt qu’un plat unique.