Dans le nouveau classement des pays établi par l’organisation pour le développement et l’environnement Germanwatch, la Suisse occupe une solide 10ème place. Un résultat qui aurait pu être bien meilleur si notre pays avait adopté une politique climatique nationale plus rigoureuse.

Une comparaison entre 56 pays
Chaque année, Germanwatch compare 56 pays sur leurs efforts consentis pour protéger le climat. Les critères de ce classement sont les émissions de gaz à effet de serre par habitant, l’efficacité de l’économie et la politique climatique nationale et internationale. Dans le tout dernier classement, publié aujourd’hui par cette organisation à l’occasion de la Conférence de l’ONU sur le climat à Nairobi, la Suisse occupe la 10ème place.

Il faut relativiser ce succès
Patrick Hofstetter, expert du climat du WWF et membre de la délégation suisse au Kenya, relativise ce succès: «Ce résultat vient essentiellement du fait que la Suisse ne possède aucune centrale électrique alimentée par des énergies fossiles et qu’elle importe la majorité de ses matières premières.»

Suède: premier rang
En matière de protection du climat, la Suède est en tête, devant le Danemark et l’Angleterre. L’Argentine, le Brésil et la Hongrie devancent aussi la Suisse. La Suisse n’a pas pu mieux se classer en raison de sa politique climatique nationale hésitante. Au niveau de ce critère d’évaluation, elle n’atteint que le 44ème rang. «Si le Conseil des Etats adopte une taxe sur le CO2 substantielle, nous avons toutes les chances d’obtenir de brillants résultats l’année prochaine», assure Patrick Hofstetter.

img1382.jpg

Un résultat qui aurait pu être bien meilleur…