Depuis qu’elle est gamine, Marlène Segard voue une certaine dextérité pour manier les ciseaux. ""Déjà en classe, ses ciseaux d’écolière lui servaient à couper les pointes fourchues de ses petites camarades. Ça lui a d’ailleurs valu quelques punitions de la part des professeurs des écoles. Mais, rien à faire, “c’était plus fort que moi” nous dit Marlène. Elle ne supporte pas une coupe mal faite, une coiffure non adaptée à un visage et encore moins les cheveux ternes et cassants. Il ne faut, en effet, pas oublier que la coiffure est l’une des plus belles parures de la femme !
Alors oui, bien décidée, Marlène sera coiffeuse ! Elle aime ça mais pas que. “Dans la coiffure, c’est un tout. Il y a le maquillage et l’habillement. Dans mon métier je suis aussi visagiste. Dès qu’une cliente arrive au salon je me dis, pour certaines : ce n’est pas possible, c’est tout à faire”. Et depuis son retour de Valras Plage, Marlène est demandée de toute part. Les clientes du salon berjallien ne veulent passer qu’entre ses mains. Ce qui gène un peu Marlène puisque ses collègues ont tout autant de talent qu’elle.
Modeste, c’est un peu gênée que Marlène nous montre ce qu’elle a réalisé au grand concours “Hair Master” s’inscrivant dans le cadre du Festival Métamor-phose de juin 2013. Ce festival qui existe depuis plus de 30 ans est une référence mondiale au niveau de la mode et des nouvelles lignes coupes ou couleurs. Il est d’ailleurs le seul à bénéficier de ces particularités uniques. Il est composé par plus de 30 coiffeurs créateurs, photographes, stylistes, make up, etc… et ce, dans le monde entier. Il est le fruit de plus de 4.000 à 5.000 photos triées lors de chaque saison.
Pour sa 31e édition, ce festival très prisé s’est déroulé, près de Béziers, à Valras Plage au début du mois de juin.
Et pour sa première participation, Marlène Segard, du Salon Essentiel à Bourgoin-Jallieu, a terminé première ! Il y avait 34 concurrentes. Mais, p""as de doute, ce concours “Hair Master” est un réel investissement. “Je n’aurai pas pu espérer y participersans l’aide morale et matérielle de ma patronne, Laurence Pavia. Mais aussi mes collègues Marine, Mathilde, Aurélie et Pierre-Yves. A Valras-Plage, il y avait d’autres collègues de différents salons. Nous partons toujours ensemble mais c’est la première fois que l’un d’entre-nous y participe. Tout de suite, j’avais mon sujet dans la tête. J’allais partir sur une coupe du style des filles du Crazy Horse. Mais, une chose était sûre, la couleur retenue serait le bleu. Pas évident mais je suis assez contente du résultat. Le modèle, c’est Marine. Elle est un peu timide, mais sous les projecteurs je ne l’ai pas reconnue. Oui, c’est un beau souvenir pour tout le monde”, nous dit encore Marlène. Certes, un beau souvenir pour toute l’équipe du salon mais aussi une belle fierté pour la ville de Bourgoin-Jallieu. Une ville qui a des talents !
Une telle réussite à un concours aussi prisé dans le domaine de la coiffure et de la mode en général valait bien quelques lignes dans nos colonnes.
Texte et photo : Carole Muet

2014-07-29