Selon les premières estimations des Comptes nationaux annuels de l’Office fédéral de la statistique (OFS), l’économie suisse enregistre une hausse soutenue du produit intérieur brut (PIB) et du revenu national brut (RNB) en 2006. Le PIB à prix courants progresse de 4,9%, pour s’établir à 486,2 milliards de francs.

Compte tenu d’une légère croissance du niveau général des prix, le PIB aux prix de l’année précédente progresse de 3,2% contre 2,4% en 2005. Le RNB à prix courants enregistre quant à lui une évolution également très positive (+4,7%). Ces résultats se basent sur la nouvelle série de données qui résulte de la révision partielle des Comptes nationaux.

En guise d’introduction aux chiffres 2006, il est important de relever ici que les résultats des Comptes nationaux ont été révisés pour l’ensemble de la période 1990-2005. Les Comptes nationaux doivent être adaptés périodiquement afin de coller au mieux à la réalité économique et au développement du système statistique. La présente révision a pour principal objectif d’intégrer les bases de données les plus récentes et de mettre à jour quelques méthodes de calculs. Elle a pour principale conséquence une modification du niveau et de l’évolution du PIB. Toutefois, son impact reste limité. En termes absolus, si les nouveaux résultats à prix courants sont supérieurs en moyenne d’environ 4 milliards de francs, ils n’affectent pratiquement pas la dynamique du PIB aux prix de l’année précédente. En effet, sur la période 1990-2004, le différentiel de croissance entre l’ancienne et la nouvelle série est de 0,7 points de pourcentage. Les nouveaux résultats ont néanmoins un impact sur toute une série d’indicateurs qui, telles la quote-part fiscale, la quote-part de l’Etat ou encore l’importance relative du déficit public, utilisent le PIB comme grandeur de référence.

Forte croissance de la valeur ajoutée dans les services financiers et les industries exportatrices
Les premiers indicateurs qualitatifs montrent une contribution importante des sociétés financières et des industries exportatrices à la croissance en 2006. Pour la troisième année consécutive, les banques et autres intermédiaires financiers bancaires ont grandement bénéficié du dynamisme des marchés financiers, qui s’est répercutée favorablement sur leurs revenus de commissions. Les sociétés d’assurance et fonds de pension enregistrent en 2006 une nette amélioration de leur situation. Cette évolution s’explique en grande partie par la progression des résultats des assurances-dommages et de la réassurance. Ces derniers avaient été affectés en 2005 par le nombre élevé de sinistres suite aux intempéries qui avaient touché la Suisse au courant du mois d’août. Les industries exportatrices participent également au bon résultat de l’économie suisse. La bonne santé de l’économie mondiale a également profité aux branches exportatrices et en particulier à la chimie et à l’industrie des machines. Concernant cette dernière, la croissance de la valeur ajoutée est particulièrement forte dans les domaines des instruments médicaux et de précision ainsi que de l’horlogerie.

Léger ralentissement de la croissance de la demande intérieure finale
Après une hausse marquée en 2004 et 2005 (+2,1%), la demande intérieure finale, à savoir, les dépenses de consommation finale des ménages, des institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), des administrations publiques, et la formation brute de capital fixe (investissements en biens d’équipement et dans la construction), enregistre, en 2006, une croissance légèrement plus faible aux prix de l’année précédente (+1,7%).

La dépense de consommation finale des ménages et des ISBLSM, qui représente environ 60% du PIB, croît de 3,0% à prix courants et de 1,5% aux prix de l’année précédente. Malgré la bonne conjoncture, les ménages restent prudents et ont globalement fait preuve de retenue, ce qui empêche une progression plus forte de leur dépense de consommation finale en 2006.

Les excellentes perspectives au niveau de la marche des affaires incitent les entreprises à investir. Ainsi après deux bonnes années, les investissements en biens d’équipement se renforcent encore et enregistrent une croissance de 8,9% au prix de l’année précédente. Par contre, les investissements dans la construction enregistrent un fléchissement de leur dynamique à prix courants (+1,6%). Cette croissance relativement faible étant accompagnée d’une hausse marquée des prix (+3,1%), les investissements dans la construction baissent en volume (-1,4%). Cette évolution s’explique en partie par la hausse marquée des prix suite à la forte demande enregistrée ces dernières années.

Forte croissance du commerce extérieur
Le commerce extérieur se caractérise avant tout par une hausse marquée des exportations de biens et services (+12,7%). Les exportations de biens (+13,6%) contribuent à cet excellent résultat avec un dynamisme marqué du commerce de produits de l’industrie chimique, des instruments de précision et de l’horlogerie. De leur côté les importations de biens et services enregistrent également une forte croissance (+11,3%), mais celle-ci est moins soutenue que celles des exportations.

La progression des prix ayant été plus marquée à l’importation qu’à l’exportation (+4,1%, resp. +2,5%), le solde de la balance commerciale aux prix de l’année précédente est encore plus dynamique que celui à prix courants. De nombreux facteurs tels que la hausse des prix des produits énergétiques et dans une moindre mesure l’affaiblissement du franc expliquent ces évolutions différentes.

img6053.jpg

PIB et RNB 2006 en hausse pour la Suisse