La Fédération Suisse des Sourds se réjouit que le nouveau Conseiller fédéral Didier Burkhalter ait choisi comme thème de sa première conférence de presse officielle l’égalité des personnes handicapées. De plus, lors de celle-ci, une personne sourde, l’avocat Daniel Hadorn, a pu s’exprimer, en langue des signes, sur les conséquences de la loi fédérale sur l’égalité des personnes handicapées (LHand) sur leur quotidien. Cette loi est en vigueur depuis 5 ans et a contribué à plusieurs améliorations. Par exemple, grâce à elle, les personnes sourdes ont droit aux prestations des interprètes en langue des signes quand elles doivent communiquer avec des services publics. D’autre part, dans le domaine des transports publics, des améliorations peuvent également être constatées: des systèmes d’informations visuelles sont de plus en plus fréquents dans les gares et les véhicules, permettant aux personnes sourdes et malentendantes d’être informées malgré leur handicap auditif.

Cependant, comme cette loi n’est pas encore bien connue par un grand nombre de personnes, elle n’est pas toujours respectée dans la vie quotidienne des personnes handicapées. D’autre part, la LHand présente encore de graves lacunes. En particulier, il n’y a aucune protection contre les discriminations frappant les handicapés dans le domaine du travail. Il n’y a aucune protection des employés handicapés contre les diminutions de salaire, le mobbing, le non-engagement et les licenciements prématurés causés par leur handicap. Dès lors, il n’est pas étonnant que le taux de chômage des sourds, mais certainement aussi d’autres handicapés, soit bien plus élevé que chez les personnes valides. Il y a là un besoin urgent de compléter la loi afin de remédier à cette injustice.

Au sujet de la Fédération Suisse des Sourds (SGB-FSS)
La SGB-FSS a été fondée en 1946 et est l’organisation faîtière de l’entraide des sourds et malentendants. Elle s’engage pour l’égalité des droits et des chances des personnes sourdes et malentendantes au niveau de la formation, de l’information, de l’emploi, de la société et de la culture. Les sourds et malentendants sont les plus habilités à décider de leurs propres besoins. C’est pourquoi la SGB-FSS engage majoritairement des personnes sourdes et malentendantes et que ses organes se composent également en majorité de personnes concernées.

img14296.jpg

La SGB-FSS engage majoritairement des personnes sourdes et malentendantes et ses organes se composent également en majorité de personnes concernées.