Les consommateurs suisses sont plus optimistes en ce qui concerne l’avenir que leurs voisins européens. Tel est le résultat d’un sondage effectué par la société de services professionnels Deloitte. Une majorité de Suisses estime en effet que la crise économique n’a eu aucun effet sur leur situation financière personnelle et ne prévoie pas de réduire leurs dépenses de Noël. Aussi, les consommateurs helvétiques ont-ils quelque peu regagné confiance dans l’économie. Cet optimisme n’est à l’inverse pas partagé par la plupart de leurs voisins européens.

Au total, 17’567 consommateurs, dont 801 en Suisse, ont pris part à cette étude. Ils ont été interrogés sur leur état d’esprit face à la situation économique actuelle et sur les montants qu’ils envisagent de dépenser en cadeaux, en alimentation/boissons pour leurs repas et activités de fin d’année.

Une majorité de participants suisses (69%) pensent que la crise financière n’a pas eu d’effet sur leur situation financière, comparé à 59% dans les autres pays. Près de 69% des Suisses ne prévoient donc pas de réduire leurs dépenses de Noël.

Le budget moyen alloué aux cadeaux s’élève à 628 CHF environ, ce qui est conforme à la moyenne européenne. Avec 828 CHF, les Suisses romands dépensent plus en cadeaux que les Suisses allemands (570 CHF). 33% des femmes suisses prévoient d’acheter plus de dix cadeaux, contre 21% des hommes.
Les livres, les chèques cadeaux et l’argent figurent en tête de liste. Le sondage de cette année a toutefois dévoilé une tendance intéressante en ce qui concerne les cadeaux pour les enfants : les consommateurs semblent se tourner vers des produits plus traditionnels (livres, jeux pédagogiques) au détriment des consoles et des jeux électroniques.

img14237.jpg

Près de 69% des Suisses ne prévoient donc pas de réduire leurs dépenses de Noël.