Consommer la mode en la louant

par | 24 Nov 2022

Et si posséder devenait démodé ? Ou-lamodequonloue.fr propose des vêtements stylés à porter sans avoir à les acheter mais en les louant, tout simplement.

C’est le pari que fait Nathalie Favre lorsqu’elle lance son site internet, à la mi-septembre, depuis Fessy dans le Chablais, où elle réside. Cette ancienne responsable marketing d’H&M en Suisse veut faire évoluer le marché de la mode en incitant les consommateurs à prolonger la durée de vie de leurs vêtements, quand on sait que l’industrie textile est l’une des plus polluantes au monde.

Dans son vestiaire, plus de 180 modèles et accessoires (environ 400 modèles toutes tailles confondues), pour homme et femme, signés de 17 marques écoresponsables et tendance – à l’instar de Tammy & Benjamin, 17H10, Palasaña, United Souls… –, mais aussi des pièces de seconde main (20 % des références) chinées pour lesquelles la fondatrice a eu un coup de cœur. Des produits pour tous les styles, à louer cinq jours ou un mois, avec la possibilité de les réserver 30 jours à l’avance.

« Nous couvrons toutes les occasions, depuis l’entretien d’embauche jusqu’à la robe de mariée, en passant par un article hypermode qu’on n’oserait pas acheter, ni porter », sourit Nathalie Favre.

Elle précise : « J’applique des prix justes, qui correspondent à un pourcentage sur la valeur du produit. » Le tarif comprend la location, le bon de retour et le pressing.

A la recherche d’investisseurs

Si, pour l’heure, elle est l’unique salariée – bien qu’entourée d’une équipe de 15 personnes –, l’entrepreneuse vise déjà une levée de fonds de 500 000 euros pour atteindre plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon de cinq ans. « C’est un marché où tout va très vite », dit-elle, affichant 9 000 visites en deux mois et plusieurs commandes. Et lorsque celles-ci auront dépassé un certain seuil, elle sous-traitera toute la logistique et le SAV à une entreprise spécialisée de Saint-Étienne.


Patricia Rey


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ski : les ESF prennent le virage du “toute-saison”

À la veille de l’hiver, le Syndicat national des moniteurs du ski français fait le point et affiche ses ambitions pour 2023. Avec ses 17 000 “pulls rouges” (et 300 nouveaux diplômés par an) répartis dans 220 écoles, 2,5 millions de clients, 4 000 jeunes en...

LIRE LA SUITE

Ski alpin : un Critérium sans les dames

À Val d’Isère, la 67e Coupe du monde de ski alpin ne durera qu’un week-end, les 10 et 11 décembre, en l’absence des épreuves féminines, au grand dam de l’organisation. Le Critérium de la première neige de Val d’Isère ouvre traditionnellement le bal des épreuves de...

LIRE LA SUITE

Publicité