La nouvelle direction du groupe français Carrefour – numéro 1 de la distribution alimentaire en Europe et numéro 2 mondial – a redéfini et recentré sa stratégie : Carrefour n’entend se développer que dans les pays où il est déjà leader ou compte parmi les deux ou trois chaînes les plus importantes. En conséquence, Carrefour se retire des pays où son marché ne lui paraît pas offrir un potentiel de croissance suffisant.

Après le Japon, le Mexique, la Corée du Sud, la Tchéquie ou le Portugal, la Suisse est aujourd’hui concernée par cette focalisation stratégique : Carrefour a fait part à son partenaire, le Groupe Maus Frères, de sa décision de quitter la Suisse, où il ne peut satisfaire ses critères de leadership et de croissance.

En conséquence, les 12 hypermarchés helvétiques de Carrefour – détenus à 50% par Carrefour et 50% par le Groupe Maus Frères – sont vendus à Coop. Conclu le 20 août 2007, ce contrat de vente, portant sur une valeur de CHF 470 millions nets, entrera en vigueur dès l’obtention de l’accord de la Commission de la concurrence. Le Groupe Maus avait annoncé son accord avec Carrefour en 2000.

Didier Maus, administrateur-délégué du Groupe Maus, souligne : «comme partenaires, nous regrettons la décision du groupe Carrefour de se retirer de Suisse. Mais, comme chefs d’entreprise, nous la comprenons. Car nous appliquons exactement la même stratégie : nous tenons, nous aussi, à être leader ou co-leader dans des secteurs de marché en croissance.»

Absence de taille critique
Et Didier Maus d’ajouter : «lorsque la direction du Groupe Carrefour nous a informés de son intention de mettre fin à notre partenariat et de quitter la Suisse, nous avons à nouveau envisagé toute les options possibles. Mais les réalités sont têtues, pour ne pas dire brutales : avec ses 12 hypermarchés et ses 1,1% de part de marché, la chaîne Carrefour (Suisse) n’a pas la taille critique pour survivre seule, faute de pouvoir négocier des prix compétitifs auprès des fournisseurs.»

La meilleure solution pour l’emploi
Pour sa part, Jean-Bernard Rondeau, secrétaire général de Maus Frères, relève : «fort de son savoir-faire et de son expérience, Carrefour comptait lancer un nouvel hypermarché par année. En Chine, par exemple, Carrefour a ouvert 100 hypermarchés en 12 ans. Face aux lenteurs helvétiques, nous sommes loin du compte. Résultat : même si la chaîne suisse, qui a réalisé un chiffre d’affaires 2006 de CHF 1 milliard, assure une rentabilité satisfaisante, Carrefour estime son potentiel de croissance trop limité…»

Didier Maus ajoute : «pour Carrefour (Suisse), l’adossement à un groupe suisse tel que Coop était la meilleure solution pour assurer le maintien des emplois. Dans un Groupe comme le nôtre, qui a une forte culture d’entreprise, basée sur une solide confiance réciproque, cet objectif a occupé une place primordiale dans notre choix du repreneur..»

Didier Maus relève encore : «le Groupe Maus Frères, pour sa part, entend encore renforcer son leadership dans ses activités de distribution de détail en Suisse. Ainsi, d’ici novembre 2008, nous ouvrirons notamment cinq nouveaux grands magasins Manor. En parallèle, nous entendons poursuivre le fort développement qu’a connu le Groupe à l’international, ces dernières années, et étoffer notre portefeuille de marques internationales.»

img5914.jpg

Carrefour n’a pas fait son beurre en Suisse où la marque n’est pas leader ni co-leader…