En 2006, près de 5000 couples ont suivi un traitement de procréation médicalement assistée et quelque 8000 cycles de traitements ont été initiés. Le traitement a abouti à une grossesse chez un tiers des femmes traitées. De plus en plus de couples recourent à de tels traitements, pour lesquels l’infertilité masculine reste l’indication la plus fréquente. Ce sont là quelques-uns des résultats de la statistique de la procréation médicalement assistée que l’Office fédéral de la statistique (OFS) vient de publier.

Le recours à la procréation médicalement assistée est en augmentation en Suisse. Le nombre de couples en traitement a crû de 12% entre 2005 et 2006. Sur 1000 femmes en âge de procréer et domiciliées en Suisse, 1,6 a entamé un nouveau traitement en 2006. Dans 18% des cas, la femme traitée était domiciliée à l’étranger. L’âge moyen des femmes ayant débuté un traitement en 2006 était de 36 ans, soit 5 ans de plus que l’âge moyen des mères à la naissance en Suisse. L’âge moyen du partenaire était de 39 ans. 47% des couples nouvellement traités ont eu recours à la procréation médicalement assistée en raison d’une infertilité masculine. L’infertilité des deux partenaires représente 23% des indications et l’infertilité féminine, 17%. Dans 9% des cas, la cause de l’infertilité n’a pas pu être déterminée par les médecins.

Deux formes de traitement existent : la fécondation par injection directe de spermatozoïdes dans l’ovule (injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ou ICSI) est la plus répandue (73%). La fécondation par réunion en éprouvette d’ovocytes et de spermatozoïdes (fécondation in-vitro standard ou FIV) a été utilisée dans 21% des cas. Dans 6% des cas, on ne connaît pas la méthode employée. En cas de stérilité de l’homme, il est possible d’avoir recours à du sperme provenant de don : 3% des couples y ont eu recours.

img7093.jpg

Près de 5000 couples ont recouru à la procréation médicalement assistée en 2006.