“Aujourd’hui, nous faisons face à une crise de l’emploi mondiale qui appelle à une réponse mondiale”, a déclaré le Directeur général de l’OIT Juan Somavia lors de la réunion des ministres du Travail et de l’Emploi du G8 à Moscou. Juan Somavia a souligné que le défi du travail décent concernait tant les pays industrialisés que ceux en développement ajoutant que “malgré quatre ans de croissance très respectable dans le monde entier, le déficit mondial de travail décent n’est pas diminué. Nous devons traiter ce hiatus entre croissance économique et croissance de l’emploi”.

Alors que le produit intérieur brut mondial a augmenté de plus de 4 pour cent, le taux de chômage mondial est, lui, resté inchangé à 6,3 pour cent depuis deux ans, selon un rapport de fond préparé pour la réunion. Qui plus est, cette croissance sans emploi est seulement la partie émergée de l’iceberg. Selon le rapport, le nombre de travailleurs pauvres, qui vivent avec moins de 2US$ par jour et par personne, est huit fois supérieur à celui des chômeurs déclarés.

Parmi les défis que le marché mondial du travail doit affronter, M. Somavia a relevé le développement du secteur informel non déclaré, l’arrivée prévisible de 430 millions de nouveaux entrants sur le marché du travail dans les 10 prochaines années et une hausse du chômage des jeunes.

En référence aux migrations internationales de main-d’œuvre, M. Somavia a noté que l’origine en était le manque d’emplois dans les pays d’origine. Une meilleure croissance et plus d’emplois permettraient une gestion plus rationnelle et moins émotionnelle “de la question migratoire” dans des pays développés.

Le Directeur général de l’OIT a également souligné le besoin “d’une politique convergente, juste et équilibrée et de stratégies d’ajustement dans un monde du travail qui change rapidement”. L’ajustement devrait être équitable pour tous – gouvernements, travailleurs, entreprises et consommateurs. “C’est un aspect clef de la dimension sociale de la mondialisation”, a-t-il dit.

Selon Juan Somavia, une action coordonnée au niveau international conjuguée à de solides politiques nationales sont nécessaires pour régler ces questions. Le Directeur général de l’OIT a souligné le rôle essentiel des pays du G8 dans le support technique et financier des objectifs de travail décent comme base du développement et de la réduction de la pauvreté. “Je suis convaincu que votre leadership, votre voix, votre conviction, en tant que ministres du Travail et l’Emploi du G8, peut jouer un rôle majeur pour nous guider dans cette quête mondiale du travail décent”, a dit le Directeur général d’OIT.

Les ministres du Travail et de l’Emploi des pays du G8 se sont réunis à Moscou les 9 et 10 octobre pour discuter de l’emploi productif comme facteur de croissance économique et de cohésion sociale. Le programme incluait des discussions entre les ministres et les partenaires sociaux.

img1064.jpg

Les ministres du Travail et de l’Emploi des pays du G8 se sont réunis à Moscou les 9 et 10 octobre pour discuter de l’emploi productif comme facteur de croissance économique et de cohésion sociale