«Pour les Chinois, le mot crise signifie danger et opportunité»: ainsi titrait Ram Etwareea son article du 5 février 2009 dans le quotidien Le Temps.

Une interprétation de ce symbole chinois a été faite il y a bien des années déjà par les consultants en entreprise et c’est ainsi que leur propos avait été synthétisé «When an organization is faced with adjusting to change, a crisis situation often develops. The chinese have a revealing way of expressing the word crisis: the upper character represents danger, while the lower one conveys hidden opportunity. Managers responsible for implementing changes within their organizations encounter the same options suggested by the Chinese symbols – dangerous negative results or positive new opportunities.»*

Tout cela reste un peu du joli «blabla»… Aujourd’hui la crise est sur tous les fronts: crise de la finance, crise de l’emploi, crise de la consommation…

Crise de la finance: allez donc expliquer au retraité qui a placé, plus ou moins involontairement mais surtout indirectement, son petit pécule chez «l’ami Madoff» que plaie d’argent n’est pas mortelle! Est-ce l’opportunité dès lors de tourner le dos à la tentation de l’argent facile?

Crise de l’emploi: allez donc expliquer à ces hommes, ces femmes licenciés ou en proie à l’être qu’ils ont quand même bien de la chance en ce sens qu’ailleurs l’assurance chômage n’existe pas (ou du moins pas dans la forme que nous connaissons)! Est-ce l’opportunité de redonner de la valeur à la notion de travail?

Crise des valeurs: allez donc expliquer à toutes ces personnes touchées de plein fouet par la crise que la consommation n’est pas une fin en soi! Et si le secret d’un mieux-vivre résidait dans ces nouvelles opportunités qui surgissent parfois un peu brutalement?

En profiter pour s’interroger
Il y a certainement dans ce symbole quelque chose d’utile pour nous qui avons tendance à faire de toute crise une véritable catastrophe: que vais-je apprendre? En quoi vais-je progresser? Certes la crise économique en cours est à prendre au sérieux et je partage la mise-en-garde du commentaire du patron de l’OMC, Pascal Lamy: «La crise économique mondiale pourrait provoquer des troubles politiques, à l’instar de ce qui s’est passé dans les années 1930»; il n’en demeure pas moins qu’au-delà du moment critique que constitue un temps de crise, c’est aussi une chance pour chacun de s’interroger: quel est mon rôle dans ce système? Comment puis-je y contribuer? Quelle chance vais-je saisir au vol pour faire de ma vie quelque chose d’encore plus formidable? Quel est le point important dans ma vie auquel je vais, dès aujourd’hui, accorder la toute première place?

D’un point de vue «bêtement» économique, toute crise étant génératrice de peurs, il en résulte un réflexe automatique d’auto-préservation diminution de la consommation et simultanément augmentation de l’épargne. Cela n’est pas très intelligent compte-tenu des efforts entrepris par les différents gouvernements pour stimuler la croissance et compte-tenu des taux servis par les institutions financières sur les capitaux qui leur sont confiés… mais que voulez-vous: on préfère mettre des noisettes de côté au cas où la crise durerait plutôt que de les dépenser en faisant confiance aux beaux parleurs qui nous gouvernent….

*Quand une organisation se trouve confrontée à la nécessité du changement, il en résulte souvent une situation de crise. Les Chinois ont une manière révélatrice de noter le terme de crise: la partie supérieure du caractère représente le danger, alors que la partie inférieure confirme des opportunités cachées. Les managers responsables de faire évoluer dans le changement leurs organisations rencontrent les mêmes options que celles suggérées par l’idéogramme chinois: le danger de résultats négatifs ou des opportunités nouvelles et positives.

Idéogramme
Dans une optique taoïste, l’idéogramme en dit long sur le double sens de ce caractère chinois:

pour sa partie supérieure
• danger
• péril
• nuire à

pour sa partie inférieure
• point important
• secret
• occasion
• chance
• artifice

Le sens est donc le suivant:
• moment critique
• crise
• danger

img11948.jpg

Par Pierre Leuenberger, Économiste HES