Les Berjalliens auront eu 15 jours pour préparer ce derby ""qui vaut cher. Il fallait bien ça. La réception d’Oyonnax, ce vendredi 18 novembre à Rajon (match à 20h), sera tout sauf une partie de plaisir pour le CSBJ, qui doit relever la tête après cinq défaites consécutives. Cette rencontre, le groupe l’a préparée avec un staff renouvelé, seul Alexandre Péclier ayant été confirmé. L’arrivée d’un nouveau directeur sportif, Richard McClintock, a en effet été suivie par le recrutement de deux entraîneurs «pour mener à bien la mission de redressement fixée par le président Hafner», indique le club sur son site internet.
Le premier se nomme Arnaud Vercruysse. Ancien demi de mêlée de Béziers,  l’homme de 46 ans a passé près d’une décennie à Chateaurenard avant d’entraîner Romans. En avril 2015, il avait choisi de relever un nouveau défi en s’engageant avec Rodez pour relancer l’équipe évoluant en Fédérale 1. Pour Laurent Pakihivatau, 43 ans, cette arrivée en Berjallie est synonyme de retour dans la région : il a notamment évolué au LOU et au FC Grenoble durant sa carrière. Solide pilier lorsqu’il était joueur, Laurent, originaire de Wallis-et-Futuna, doit être «le garant de l’esprit guerrier des avants Ciel et Grenat.»
Il en faudra dès ce soir face à une équipe de l’Ain en pleine bourre. Oyonnax, où évolue un certain Jérémy Gondrand, est en effet remonté à la 2e place au classement (six victoires, quatre défaites). Les relégués du Top 14 restent sur une série impressionnante de quatre succès, le dernier en date contre Aurillac. Le CSBJ est dans une dynamique inverse, même si les joueurs ont affiché un bel état d’esprit à Carcassonne. Lanterne rouge (2 victoires, un nul, 7 défaites), les “Ciel et Grenat” ne sont pas encore largués. Mais un exploit ferait un bien fou !
S. Perrin

2017-11-18