Pourtant, ils avaient réalisé une entame de match quasiment parfaite. ""A la 17e minute de jeu, le CSBJ Rugby menait en effet 13-0 contre Perpignan. Le stade Pierre Rajon était aux anges, Mohamed Kribache, de retour de blessure, venant d’inscrire un bel essai. Las, les Berjalliens se sont ensuite relâchés, l’USAP, candidat à la montée en Top 14, profitant de la moindre erreur adverse. Si les “Ciel et Grenat” étaient toujours devant à la pause (13-10), un deuxième essai des Catalans à la 62e mn allait les obliger à courir après le score (13-17). Les coéquipiers de Bogdan Leonte étaient alors moins précis et perdaient en efficacité. à six minutes de la fin, Maxime Santoni récoltait un carton jaune. à 14 contre 15, les espoirs de revenir à la marque s’évanouissaient. Et le CSBJ concédait sa cinquième défaite en cinq matchs (16-20), la deuxième à domicile après Albi.
Les hommes d’Alexandre Péclier et Serge Laïrle ont mis de l’envie, certes. Mais leur manque de constance s’est traduit par la même issue que face à Albi et Narbonne, avec une courte défaite à la clé. Après cette première partie de championnat ratée, le staff et les joueurs ont pris conscience qu’il faudra de nouveau jouer le maintien cette saison. Les Berjalliens doivent désormais se rassurer collectivement et s’extraire au plus vite de la zone rouge. Pointant à la 15e place avec trois petits points, le CSBJ ne devance plus que Biarritz, “fanny” lui aussi.
Il est encore temps de réagir, Mont-de-Marsan, 13e, n’étant qu’à 4 points devant. Pour chasser le doute, une victoire à Tarbes ce vendredi 23 octobre serait la bienvenue (match à 19h30). C’est en mode “commando” que le groupe se rend chez le 6e, qui affiche pour sa part un bilan de trois victoires pour deux défaites à l’aube de cette 6e journée. Le week-end dernier, cette formation est venue à bout de Béziers. Il y a toutefois un coup à faire dans les Hautes-Pyrénées, Tarbes étant a priori moins costaud que les équipes rencontrées jusqu’à présent. Le CSBJ n’a déjà presque plus le choix s’il ne veut pas voir s’échapper ses concurrents directs…
Stéphane Perrin

2016-10-22