La Suisse a besoin d’une économie forte si elle veut maintenir son niveau de vie élevé. Ce dernier est toutefois mis en cause, car le pays souffre depuis les années 90 d’une faiblesse de croissance. Cela ne se manifeste pas seulement au niveau du chômage et par la stagnation des revenus par habitant, mais aussi dans les difficultés croissantes rencontrées au niveau du financement des assurances sociales, comme l’AVS, et dans les déficits publics. Une politique favorisant la croissance revêt donc une importance capitale.

Seul un ordre économique fondé sur la liberté d’entreprendre et la compétitivité est en mesure de garantir à l’économie suisse l’efficience et l’innovation nécessaires pour qu’elle puisse s’affirmer avec succès sur les marchés internationaux et maîtriser les adaptations structurelles souvent indispensables en profitant de toutes les chances qu’elles comportent. L’Etat doit s’immiscer le moins possible dans le jeu des marchés et se concentrer sur la mise en place de conditions cadre attrayantes favorisant une économie florissante, pour le bien de tous.

Il faut, pour renforcer la concurrence en Suisse, une loi sur les cartels plus mordante et une loi sur le marché intérieur plus efficace, ainsi que la suppression des barrières à l’importation. Il est également nécessaire d’éliminer les obstacles administratifs dont souffrent en particuliers les PME.

En outre, la Suisse doit, au niveau de l’Organisation mondiale du commerce, s’engager pour de nouveaux round de libéralisation, afin de pouvoir profiter des avantages d’un commerce mondial libéral, soit nouveaux marchés d’exportation et prix plus bas. La charge fiscale ainsi que les frais annexes aux salaires doivent rester modestes et être réduits ponctuellement. Cela suppose que les pouvoirs publics bénéficient de finances saines et qu’ils entreprennent une cure d’économies incluant toutes les subventions.

S’agissant de la recherche et l’innovation, elles représentent les forces essentielles de notre économie. Il s’agit de les promouvoir grâce à la très haute qualité des hautes écoles.

Une ouverture des marchés réglementée, par exemple dans les secteurs de l’électricité, de la poste et des télécommunications doivent conduire, tout en garantissant l’approvisionnement de base de la population, à des baisses de prix dans ces domaines particuliers de l’infrastructure.

On le voit, il est indispensable, pour le maintien d’un ordre économique libéral, que tous ses acteurs prennent leurs responsabilités.