Samedi 2 janvier, c’est Damien Michallet, maire de Satolas-et-Bonce, ""qui a ouvert “le bal” des cérémonies des vœux sur le territoire de la CAPI. Elle s’est déroulée dans une salle des fêtes “surchauffée”. Il y avait du monde, bien qu’aux yeux du premier magistrat, ils étaient un peu moins nombreux qu’en 2014. Bon nombre d’habitants étaient sans doute encore en congés.
Pour revenir aux principaux travaux menés en 2015, la route de l’Eperon a été terminée et l’équipe municipale a commencé à modifier sa vision. Damien Michallet indiquait : «Le goudron et le béton, ça m’agace un peu… Alors, j’ai demandé avec une insistance certaine que nous repensions notre conception des routes de notre village.» La première ébauche se trouve chemin des Perdrix, où les caniveaux se situent au milieu de la chaussée et non sur les bords. Le rond-point du Bas Bonce et l’entrée de la Ruette ont pour leur part été modifiés et des dos d’âne ont été installés sur la route des Sorbières. Plusieurs travaux de rénovation ont également eu lieu sur les bâtiments publics et des modifications ont été apportées au niveau de l’éclairage public. «Maintenant, à Satolas-et-Bonce, nous sommes “développement durable compatibles” avec la mise en place des premiers candélabres à LED sur la route de Rollinière au Chaffard», soulignait le maire.
En 2016, de nombreux projets sont prévus avec l’agrandissement de l’école élémentaire, l’agrandissement du préau et l’ajout d’un patio au restaurant scolaire. Damien Michallet relevait : «Le permis est déposé, il ne nous reste plus que la date d’inauguration !» Dans le centre du village, la maison “Morellon” va être démolie afin de permettre l’agrandissement de la mairie (ajout de quelques bureaux supplémentaires, modification des entrées et sorties et rénovation de la façade). 
Toujours dans le centre village, la maison médicale va s’agrandir. Les études seront lancées à la fin du premier semestre et la municipalité a reçu des demandes pour de nouveaux personnels soignants qui pourraient venir s’y installer. L’année 2016 verra par ailleurs la création de deux terrains de tennis ainsi que d’un skate park. L’endroit n’est pas encore défini et des points doivent encore être validés en conseil municipal. C’est toutefois en bonne voie, ce qui devrait ravir les jeunes de la commune.

Préserver la ruralité
""L’un des engagements de l’équipe municipale était la mise en place d’aires de jeu pour les enfants par quartiers. Dès le premier trimestre, le programme sera lancé sur le Bas Bonce. Autre point important, le cimetière. Après un retour des premières analyses, l’équipe municipale va commencer par rependre les concessions dangereuses ou anciennes. Lors du prochain conseil, ils voteront le marché de réhabilitation complète.
Du côté du Chaffard, la CAPI continue le chantier d’assainissement qui représente un investissement de 3 millions d’euros. Le maire indiquait : «Le restructuration du Chaffard est un enjeu important pour mon équipe. On ne s’arrête pas à l’assainissement ou au premier éclairage LED Nous lancerons en 2016 les travaux d’éclairage et de réhabilitation de la chaussée du Rubiau.»
2016 verra aussi des travaux dans le Haut Bonce, ainsi qu’au carrefour du chemin des Mûriers et de la route de Billaudière (RD 124) avec la création d’un rond-point. D’autres travaux de voirie et de sécurisation seront lancés dans différents quartiers de la commune. Et ce sera également l’extension de la zone d’activité économique de Chesnes.
Cette nouvelle année verra également la sortie du livre “Histoire et mémoire de Satolas-et-Bonce” samedi 19 mars et la présentation du nouveau site internet. D’un point de vue de sécurité, la municipalité agit à plusieurs niveaux avec la vidéo-protection. En partenariat avec la CAPI, cette dernière sera déployée sur la zone de Chesnes-Nord. Pour Damien Michallet, il est clair que tout au long de l’année et celles à venir, il faudra faire en sorte de préserver la ruralité. «Cela passe par une urbanisation maîtrisée», lançait-il.
Enfin, il y a zéro euros de dette sur la tête des habitants. Le maire soulignait : «Nous avons payé notre dernier euro de dette en janvier 2015. Merci à mon équipe, mais aussi à mon prédécesseur Jean Besson. Mais il y a une incohérence. Savez-vous que cette gestion en bon père de famille à un coût… Et oui, nous allons devoir payer 250 000 euros par an. Il s’agit d’une amende nette que nous devons acquitter. Pour ne pas en payer, il aurait fallu plus d’immeubles construits. Je me devais de vous le dire.» Damien Michallet concluait : «2015 n’a pas été une année heureuse à bien des égards, mais pourtant, elle nous a donné un esprit, celui de la résistance, celui de réapprendre à aimer la France, à la chérir, à la respecter. Soyons fiers d’être Français. Quelque soit notre origine, notre religion, notre croyance, soutenons notre démocratie, soutenons notre République et portons nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Soyons ces résistants sans armes mais avec une mission importante !»
Carole Muet


2017-01-10