Lundi 9 octobre, vers 21h, la police genevoise était avisée qu’une dame de 1932, Vaudoise, n’était toujours par rentrée à son domicile. Elle était partie en début d’après-midi, à la recherche de champignons, dans les bois de Chancy.

De suite un dispositif important a été mise en place. La gendarmerie a fait appel à plusieurs patrouilles de police et engagé ses chiens afin de rechercher la promeneuse. Vers 22h30, un chien Saint-Hubert, spécialisé dans la piste et recherche de personnes, a été acheminé par la Police fribourgeoise. A deux heures du matin, les investigations étant toujours vaines et vu la configuration des lieux, il a été décidé de reprendre les recherches au petit matin.

Vers 8h, une battue a été organisée dans la région des bois de Chancy, impliquant notamment plus de 80 policiers (dont les écoles de police : gendarmerie et agents de sécurité municipales, représentant 40 personnes), un bateau, plusieurs policiers-plongeurs, un hélicoptère avec à son bord deux pilotes, un médecin et un policier-plongeur.

Vers 12h, la promeneuse a été remarquée par le gendarme-plongeur embarqué dans l’hélicoptère, saine et sauve, au bord du Rhône, à plusieurs kilomètres de son point de départ. Elle a vraisemblablement glissé d’une pente abrupte, la projetant au bord de l’eau, complètement dissimulée dans une petite crique. Le gendarme, après avoir sauté dans le Rhône, s’est rendu près d’elle. Une psychologue et un médecin ont été requis sur place afin de prendre en charge l’intéressée, qui n’a pas nécessité d’hospitalisation.

img1058.jpg

Les abords du rhône vers le bois de chancy peuvent être dangereux