Les soldes d’hiver ont démarré le mercredi 7 janvier pour une période de 5 semaines. Mais que représentent ces soldes en période de crise ? Sans doute la dernière chance pour tous les commerçants de compenser une année difficile et de récupérer – au moins partiellement – le manque à gagner de Noël.

Pour les boutiques de prêt-à-porter notamment, secteur privilégié des consommateurs en période de soldes, les recettes annuelles sont pour l’instant en baisse de 5%. Alors, pour mettre toutes les chances de leurs cotés, ils annoncent des remises records et une deuxième démarque rapide avec des prix en baisse de 70, voire 80% !

Malheureusement pour eux, les choses ne sont pas aussi simples et les foires d’empoigne qui caractérisent généralement cette période dans les grands magasins semblent en voie de disparition.
Les Français n’ont-ils plus goût à consommer, même à bas prix ? Il est évident que la morosité ambiante plombe le moral des citoyens qui, prudents sur leur avenir, préfèrent épargner que dépenser. Ainsi, plus du quart d’entre eux a revu son budget « soldes » à la baisse.

Mais ce n’est pas la seule explication à la désaffection des magasins. Une fois de plus, internet est passé par là. Avec ses remises tarifaires très agressives, la possibilité de changer de boutique d’un seul clic, l’absence de queue aux caisses., l’inutilité d’affronter des températures polaires…, la toile a de nombreux arguments pour séduire les acheteurs. 75% d’entre eux déclarent d’ailleurs leur intention de faire les soldes, au moins partiellement sur internet.

Alors, pour inciter à nouveau les consommateurs à acheter en magasin, ne pourrait-on pas imaginer de nouvelles soldes sur des produits de consommation courante, comme les carottes ou l’essence. Déjà, certains restaurateurs proposent cette année des menus à -30 ou -50 % !