Que peut faire le propriétaire pour baisser sa consommation d’énergie nécessaire au chauffage ambiant et pour l’eau chaude? Au premier plan on trouve la rénovation de l’enveloppe du bâtiment et du chauffage. Et ensuite des interventions telles que l’optimalisation des courbes thermiques, l’adjonction de pompes de circulation à haute efficacité et une maintenance régulière.

Un bâtiment bien isolé constitue la base pour des économies d’énergie durables. Par une rénovation thermique étendue de l’enveloppe du bâtiment on peut diminuer la consommation d’énergie de plus de la moitié. Des pertes de chaleur élevées, de 20 à 25% sont dues autant aux fenêtres qu’aux murs extérieurs des anciens bâtiments. Pour une villa individuelle un peu ancienne de construction traditionnelle, avec des murs extérieurs totalisant 100 m2 de surface, les pertes de chaleur de chauffage représentent sous notre climat environ 10 000 kWh par an. Elles génèrent un coût d’énergie qui, selon le système de chauffage, dépasse facilement l’ordre des 1 000 francs. Avec une isolation thermique optimale ces pertes sont fortement diminuées. Si en plus des fenêtres et façades on isole également valablement tous les éléments de l’enveloppe du bâtiment, la consommation de mazout pour la chaleur ambiante est réduite d’environ deux tiers. Avec une isolation thermique transparente sur la façade orientée au sud, on peut même encore réaliser des gains solaires. Si on analyse les effets d’une rénovation immobilière de ce genre sur le plan national du point de vue de l’économie publique, chaque franc investi restitue un rendement à peu près triplé. Il est donc sensé de ne pas investir dans un système de chauffage coûteux, mais de remplacer l’ancien chauffage au mazout par une unité moderne à condensation et d’affecter la différence à la rénovation de l’enveloppe du bâtiment.

L’énergie gratuite par le soleil
Le potentiel de réduction par la rénovation du chauffage peut atteindre jusqu’à 35%, selon le type d’installation. Les nouveaux systèmes de chauffage ne sont pas seulement plus efficaces, ils offrent aussi un confort plus élevé. Un chauffage moderne au mazout à condensation économise par rapport aux chaudières basse température courantes encore 6 à 10% d’énergie. Pour la production d’eau chaude on trouve de nombreuses solutions sur le marché. En raison des horaires d’exploitation et besoins de performances divergents, ainsi qu’au niveau technique et écologique, les systèmes de chauffage et de production d’eau chaude sont maintenus séparés et l’intégration toujours plus fréquente du solaire est recommandé. Les systèmes solaires se combinent sans problèmes avec un chauffage au mazout. Durant la saison chaude le chauffage reste à l’arrêt et l’énergie solaire est suffisante pour la production d’eau chaude. De nos jours, un système solaire efficace peut couvrir jusqu’à 75% des besoins annuels en eau chaude. Donc, l’énergie solaire peut aussi compléter le chauffage en saison intermédiaire.

Maintenance régulière
Si vous veillez à la propreté de votre chaufferie, les particules de poussière ne souilleront pas le brûleur, ce qui pourrait limiter son bon fonctionnement. Une courbe thermique précise offre en premier lieu une régulation parfaite de la chaleur ambiante, mais aussi une consommation moindre d’énergie. La pratique montre que la courbe thermique peut être optimalisée dans de nombreux cas. L’installation de nouvelles pompes de circulation régulées permet également d’économiser beaucoup d’énergie. Il en va de même pour les pompes de circulation pour l’eau chaude. Sur le plan énergétique, l’usage d’horloges est positif, car les intervalles d’enclenchement/déclenchement peuvent être adaptés aux habitudes des résidents. Actuellement il est aussi possible de télécommander et télé-surveiller les chauffages. Ainsi, on peut assurer à tout instant le fonctionnement et la chaleur optimale. Pour le chauffage on sous-estime fréquemment le nombre d’heures de fonctionnement par année. En comparant les temps de fonctionnement aux kilomètres parcourus par une voiture, on arrive aisément à des performances avoisinant les 20 000 à 50 000 km. Donc, tout chauffage devrait être soumis une fois par année à un contrôle. Une maintenance régulière est garante d’une faible consommation d’énergie, peu d’émissions, moins de rejet de CO2, une haute fiabilité de fonctionnement et un confort maximal. Ce qui prolonge la durée de vie.

img10770.jpg

Les chauffages modernes au mazout à condensation économisent en plus entre 6 et 10% d’énergie.