Un nombre de femmes toujours plus important souhaite s’orienter vers une carrière diplomatique. Le DFAE a reçu cette année 74 candidatures, dont 38 féminines, au concours d’admission. Comme en 2006, plus de femmes que d’hommes s’étaient inscrites pour le même concours. Quant à la répartition des candidatures entre les régions linguistiques, elle reste équilibrée. Sur les 23 inscriptions recensées en Suisse romande, onze proviennent de femmes. En ce qui concerne la Suisse alémanique, sur 47 candidatures, 25 sont féminines, et au Tessin, deux hommes et deux femmes ont manifesté leur intérêt pour la branche. Le sexe féminin représente donc cette année 51% des inscrits. Jusqu’en 2006, on enregistrait entre 32 et 40% de femmes, indiqueLars Knuchel, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). «Les encouragements ciblés de ces dernières années ont certainement joué un rôle dans ce résultat», a poursuivi M. Knuchel. Micheline Calmy-Rey, cheffe du DFAE, s’était rendue dans plusieurs universités, dans le but de motiver les femmes à la carrière diplomatique. L’âge des personnes intéressées variait alors de 25 à 35 ans. L’année dernière, la fourchette se situait entre 32 et 35 ans. «De plus en plus, les gens terminent leurs études et acquièrent quelques années de pratique professionnelle avant de se porter candidats», indique Lars Knuchel.

img5571.jpg

Micheline Calmy-Rey, cheffe du DFAE, s’était rendue dans plusieurs universités, dans le but de motiver les femmes à la carrière diplomatique