Vendredi 20 septembre dernier a eu lieu l’inauguration du pôle Beauté/Vente et de"" l’achèvement des travaux de rénovation de l’Espace Formation des Métiers et de l’Artisanat (EFMA), à Bourgoin-Jallieu. Ce double rendez-vous a fait se déplacer un panel impressionnant de personnalités, de représentants des chambres consulaires ainsi que des représentants des différents corps de métiers enseignés au sein de l’établissement.
Créé le 19 octobre 1976, l’EFMA est géré par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Isère. Il accueille plus de 1.100 apprentis et stagiaires par an et ce, dans cinq secteurs professionnels, à savoir : automobile, alimentation, beauté, restauration et vente. Fort de 75 collaborateurs, l’établissement propose 35 formations diplômantes et qualifiantes sur 6.000 m2 de laboratoires et d’ateliers.

Etablissement de formation géré par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, l’EFMA a su, au fur et à mesure des années, grandir, évoluer, mûrir, se faire une place au sein du monde de la formation professionnelle sur le département.
En presque 35 ans de fonctionnement, de nouvelles filières ont émergé, de nouveaux partenariats se sont créés, de nouveaux publics ont été investis… l’établissement est devenu un espace de formation au rayonnement grandissant.
L’EFMA est un établissement dit “multi-secteurs”. Aux formations présentes à l’origine : en alimentation, automobile, coiffure et restauration sont récemment venues s’ajouter celles de la vente et de l’esthétique. Ces dernières sont englobées avec la coiffure au sein du secteur “Beauté” de l’EFMA.
Les 1.100 personnes accueillies chaque année au sein de l’établissement se “répartissent” donc entre 5 secteurs, 14 métiers et 36 formations. La palette est pour le moins étoffée !
Oui, nous parlons bien de “personnes” en formation et non pas seulement “d’apprentis”, même s’ils restent majoritaires. Bien qu’il s’agisse toujours d’alternance, l’EFMA, en effet, forme aujourd’hui bien “avant” (Formation en pré-apprentissage) et bien “après” (Formation Continue) l’apprentissage, ou encore bien “différemment” (Formation spécifique au public en situation de handicap).
Parler de CFA aujourd’hui, pour désigner l’EFMA, comme pour bien d’autres établissement en situation semblable, est même presque au final un abus de langage.
La diversification des publics accueillis est inhérente aux évolutions de la société, aux besoins du marché du travail, et, par conséquent, aux choix politiques qui ont été effectués par les gestionnaires et la direction de l’établissement. Il apparaît nécessaire, parfois même fondamental, d’offrir des réponses à ces changements ou ces demandes.
Concernant le handicap par exemple, l’EFMA a fait le choix dès 2001, de proposer, en partenariat avec le SFPA de l’AFIPAEIM, des formations visant à intégrer ces publics en milieu ordinaire, afin que chacun, en dépit de la différence, puisse être un acteur économique à part entière. Son engagement envers ces publics s’est par ailleurs renforcé puisque l’établissement est entré, l’an dernier, dans la démarche H+ initiée par le Conseil Régional et l’AGEFIPH.
Rappelons par ailleurs que la Région Rhône-Alpes a toujours joué un grand rôle dans le développement du CFA. Elle a toujours apporté son appui aux projets qui lui ont été présentés et qui permettent aux jeunes de l’EFMA, par le biais de dispositifs tels “qu’apprenti gagnant”, et aujourd’hui “Euréka”, de s’ouvrir à d’autres univers tels la pratique de l’écriture et la pratique théâtrale, la citoyenneté, ou bien encore la mobilité à l’étranger.""
L’EFMA s’est enraciné en Isère. Son rayonnement est progressivement passé du département à la Région Rhône-Alpes. Depuis 35 ans l’EFMA rempli ses missions, s’adapte, innove, construit, pour que les jeunes formés aujourd’hui réussissent demain.
Quant aux formateurs de l’établissement, ils constituent un atout clé du succès rencontré depuis plusieurs années par l’EFMA. Les formateurs de l’EFMA sont, certes, des enseignants, ils apportent des connaissances dans une matière (savoirs), un métier (savoir-faire). Ils sont aussi éducateurs, novateurs et communicants.
C’est cette expérience de qualité de l’enseignement dispensé à l’EFMA, la polyvalence et l’énergie de ses formateurs, qui contribuent pour une grande partie à faire de l’établissement une référence incontournable en Isère dans le domaine de la formation professionnelle par alternance. Elle lui permet d’afficher un taux de réussite annuel, toutes sections confondues, proche de 84 %.

Agrandissement et rénovation
Depuis quelques années, l’EFMA a opéré une réelle mue. En effet, l’établissement affiche la volonté d’offrir à ses apprenants les meilleures conditions, tant au niveau des conditions d’enseignement : salles de cours, laboratoires, ateliers… que de l’accueil : self-service, espaces de vie communs, abords de l’établissement.
L’EFMA s’est ainsi engagé dans un important projet, à la fois de rénovation, mais aussi d’agrandissement de l’établissement.
Bien qu’il ait su résister aux générations d’apprentis qui se sont succédées, le bâtiment principal conçu dans le milieu des années 70, ainsi que ses abords, méritaient un coup de jeune.
Une rénovation, associée à une redistribution de certains espaces, était devenue indispensable. Cette opération, organisée en plusieurs phases entre 2010 et 2013, a notamment permis l’isolation des façades, la mise aux normes en matière d’accessibilité, la réfection complète des laboratoires de boulangerie et de pâtisserie, la rénovation du self-service et de sa cuisine, la création d’un espace de vie dédié aux apprentis (foyer), la rénovation de l’espace administratif et de 10 salles de cours, des aménagements extérieurs, la sécurisation des accès à l’établissement. Il faut noter le concours financier de l’ANFA (Association Nationale pour la Formation Automobile) qui a contribué à la rénovation d’espaces et de salles de cours dédiées aux formations de ce secteur.
Ce soutien est le résultat d’un partenariat exemplaire avec cette branche professionnelle, concrétisé par l’adhésion de l’EFMA au réseau des CFA pilotes animé par l’ANFA, depuis la création de ce réseau en 1993.
Quant au projet d’agrandissement et de construction d’un pôle “Beauté/Vente”, il est né d’un triple constat. Tout d’abord celui de l’insuffisance des espaces dédiés aux formations de la filière coiffure en constante augmentation depuis l’ouverture de l’établissement en 1976, ensuite celui de l’absence de surfaces consacrées aux formations du tertiaire (vente). Et, enfin, le constat était fait de l’absence de formation en apprentissage dans les métiers de l’esthétique sur l’académie de Grenoble. Un projet d’un bâtiment aux nouvelles normes BBC (bâtiment basse consommation) d’un peu plus de 1.200 m2 sur trois niveaux a donc été conçu. Les salles de cours sont spacieuses et lumineuses. Elles sont équipées des derniers matériels utilisés dans les salons de coiffure et d’esthétique. Les travaux se sont engagés fin 2010, le bâtiment a été réceptionné au printemps 2012 et les cours ont pu démarrer à la rentrée 2012.
A l’issue de cette double inauguration qui a fait se déplacer de nombreuses personnalités dont, entre autres, Thierry Demaret, sous-préfet de l’arrondissement de La Tour-du-Pin – Philippe Meirieu, vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes délégué à la formation tout au long de la vie – Joëlle Huillier, députée – Alain Moyne-Bressand, député-maire de Crémieu – Vincent Chriqui, Conseiller régional… Georges Burba, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, au côté de Thierry Joseph, chef d’établissement, ce dernier précisait que cette opération a coûté plus de 6,5 millions d’euros. Elle a été rendue possible grâce au soutien du Conseil régional et de l’Etat qui se sont engagés, à part égale, à hauteur de 3,1 millions d’euros sur la réalisation des travaux. En complément, le Conseil régional a accompagné la Chambre de Métiers pour le renouvellement et l’acquisition de nouveaux équipements pour un montant de 500.000 euros. La Chambre de Métiers s’est également fortement impliquée dans cette opération en engageant 2 millions d’euros sur ses fonds propres.
Texte et photos : Carole Muet

""""

""  ""


2014-09-26