Sarnen et St-Gall sont au top, Fribourg et Genève font un flop. Le chef-lieu cantonal le plus gourmand en électricité utilise sept fois plus de courant pour son éclairage public que le chef-lieu le moins gourmand – c’est ce que constate une nouvelle étude effectuée par le WWF. Par ailleurs, avec un éclairage efficace, les contribuables suisses pourraient économiser chaque année 80 millions de francs.

Enormes différences selon les lieux
S’agissant de la consommation de courant pour l’éclairage public, il y a d’énormes différences suivant la localité. C’est ce que démontre, en effet, une enquête effectuée dans les capitales cantonales par le WWF, en collaboration avec l’Agence suisse pour l’efficacité énergétique (S.A.F.E.). Selon cette étude, c’est l’éclairage du chef-lieu du canton d’Obwald, Sarnen, qui est le plus efficace. Dans cette ville, 6 mégawattheure (MWh) suffisent pour éclairer un kilomètre de réseau routier pendant une année. Sarnen est suivie de St-Gall avec 8 MWh et Schwyz avec 12 MWh.

Mauvais élèves
Le plus mauvais élève est Fribourg, qui consomme 45 MWh par kilomètre de réseau routier et par an – soit sept fois plus que Sarnen. Genève et Zurich obtiennent un résultat légèrement meilleur avec respectivement 38 et 30 MWh. En comparaison: S.A.F.E. indique comme valeur maximale acceptable 12 MWh par kilomètre et par an. Appenzell, Delémont, Herisau et Liestal n’ont fourni aucune indication sur leur consommation d’énergie. Aarau et Schaffhouse n’ont tout simplement pas répondu à l’enquête. Leurs valeurs ont été complétées à partir d’autres sources.

Diminution toujours possible
Selon l’étude, la consommation de courant pourrait être diminuée en moyenne de 50% avec un éclairage public efficace – et ceci pour un confort d’éclairage tout à fait comparable. Selon une estimation du WWF, les contribuables pourraient économiser chaque année 80 millions de francs. Et – cerise sur le gâteau – le climat serait déchargé de 60’000 tonnes de CO2. C’est la raison pour laquelle le WWF a adressé aux 2’732 communes suisses un e-mail pour les inviter à repenser leur système d’éclairage public et, au besoin, à l’améliorer.

Lampadaires au sodium
Les communes peuvent atteindre cet objectif en remplaçant leurs ampoules au mercure par des lampadaires au sodium – un investissement amorti relativement vite, soit en trois à cinq ans selon des experts. Il est en outre également possible d’économiser beaucoup d’énergie en supprimant ou en diminuant l’éclairage à certaines heures de la nuit. Selon l’enquête, il semble que les ballasts électroniques HF, qui réduisent la consommation de courant, augmentent l’efficacité lumineuse et prolongent la durée de vie des ampoules, sont peu répandus. Seuls cinq localités en sont équipées.

Et votre commune?
Les citoyens qui veulent connaître le résultat que leur commune de domicile a obtenu en matière d’efficacité d’éclairage peuvent cliquer sous www.topten.ch/ep sur «résultats en ligne», et entrer le numéro postal d’acheminement. Sont mentionnées toutes les villes qui ont participé à l’enquête ainsi qu’un certain nombre de communes qui ont obtenu le label «Cité de l’énergie», une distinction décernée aux communes qui pratiquent une politique énergétique durable.

img939.jpg

Chasse au gaspi…Plus qu’une formule publicitaire, une nécessité.